Retour

La saison du club de ski de fond Nakkertok prolongée grâce à la neige artificielle

Les membres du club de ski de fond Nakkertok avaient un rêve blanc depuis de nombreuses années. Cet automne, leur souhait a été exaucé. À défaut de voir les flocons tomber régulièrement du ciel, ils pourront désormais en produire eux-mêmes, grâce à un nouveau système de neige artificielle.

Le club de Cantley a remporté la somme de 250 000 $ avec le concours Place aux jeux Kraft Heinz, qui permet à la communauté gagnante d'améliorer des espaces récréatifs. Le prix a été annoncé en août, puis les bénévoles de Nakkertok se sont relevé les manches. Ils ont passé plusieurs week-ends cet automne à installer le système qui permet de tirer l'eau d'un étang pour la distribuer à des bornes réparties sur une boucle de 2,2 km.

Ces cinq canons à neige sont ensuite déplacés d'une borne à l'autre pour produire une surface enneigée pour les fondeurs. Déjà, les amateurs de ski de fond ont pu pratiquer leur sport favori à six reprises au mois de novembre, du jamais vu à Cantley.

« Ça nous permet de prolonger notre saison et d'avoir de meilleures conditions de glisse pour nos membres », explique Robert Hornung, le président du club Nakkertok. Il mentionne que les sports d'hiver ressentent de plus en plus les effets du réchauffement climatique et qu'il est nécessaire à ce moment-ci de trouver des solutions alternatives.

« Sur le circuit international de compétition l'an dernier, la neige artificielle a été utilisée sur tous les parcours, sauf un. C'est un phénomène observable partout sur la planète, les hivers raccourcissent », ajoute M. Hornung, dont le club a dû annuler une course le 26 décembre à trois reprises au cours des cinq dernières années, en raison du manque de neige.

La production de flocons artificiels peut se faire lorsque le mercure descend à -2 degrés ou plus bas. Un faible taux d'humidité dans l'air permet également d'obtenir une production plus importante. Toutes ces informations ont dû être apprises rapidement par les membres bénévoles du club Nakkertok, qui sont maintenant responsables de l'opération.

Un groupe de jeunes fondeuses rencontré samedi matin n'a pas caché son enthousiasme envers leur travail. « La neige est bonne parce qu'il n'y a pas trop de glace et elle est molle, donc si on tombe, on ne se fait pas trop mal », a mentionné l'une d'entre elles, avant d'ajouter qu'une saison prolongée lui permettait de s'améliorer plus rapidement.

Le président du club Nakkertok, le plus important du genre au Canada avec ses 1400 membres, se souvient de la réaction des jeunes lorsque la neige artificielle a été produite pour la première fois : « Les enfants passent huit ou neuf mois à courir, à faire du ski sur roulettes, sans voir de neige, juste pour pouvoir bien skier par la suite. La journée où ils peuvent sortir sur la neige, c'est une grande célébration. »

Une célébration qui a eu lieu un peu plus tôt qu'à l'habitude cette année, de quoi faire plaisir à bien des fondeurs de l'Outaouais.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine