Retour

La science permet le progrès de notre société, disent des manifestants à Ottawa

La Marche pour la science a rassemblé plusieurs personnes à Ottawa, samedi avant-midi. L'événement aura lieu dans plusieurs autres villes au pays, dont Montréal, Toronto et Windsor.

Après avoir marché du Parlement au marché By, la cinquantaine de manifestants ont visité des stands tenus par des scientifiques, qui leur expliquaient l'objet de leurs recherches.

La marche de cette année a toutefois été moins populaire que celle de l'an dernier, lors de laquelle des centaines de personnes s'étaient rassemblées devant le Parlement.

Il faut dire que le contexte était quelque peu différent. Quelques mois après l'investiture du président américain, Donald Trump, les défenseurs de la science avaient alors voulu se montrer solidaires envers leurs collègues américains.

Cette année, l'événement voulait plutôt « célébrer la science canadienne et faire tomber les barrières entre les scientifiques et le public », comme l'explique une des organisatrices, Katie Gibbs.

« Ça a commencé comme une réponse à Trump, mais c'est devenu plus grand », a-t-elle ajouté.

Changements climatiques, nouvelles technologies, santé : ces enjeux poussent les scientifiques à croire que l'appui du public est plus important que jamais.

« La science permet le progrès de notre société. C'est vraiment important qu'on soit ici, qu'on soit debout pour la science », a quant à elle affirmé Sousy Sahakian, bénévole pour la marche.

L'ère Harper reste dans les mémoires

Les organisateurs ont profité de l'occasion pour rappeler que le Canada n'était pas à l'abri de politiciens moins enclins à promouvoir la science.

« On doit toujours être vigilants », a affirmé Mme Sahakian en évoquant le gouvernement Harper.

« Ce n'est pas parce que les choses se sont améliorées qu'elles sont parfaites. On ne peut pas être complaisants, il faut maintenir cette pression », a pour sa part souligné Mme Gibbs.

La députée provinciale d'Ottawa-Vanier, Nathalie Desrosiers, était également de passage au centre-ville d'Ottawa pour soutenir le mouvement.

« C'est très important pour notre démocratie d'avoir des scientifiques qui sont libres de poursuivre leur recherche », a-t-elle affirmé.

Avec les informations de Jacaudrey Charbonneau

Plus d'articles

Vidéo du jour


Une maman bouledogue amuse son petit





Rabais de la semaine