Les chauffeurs d'autobus et les employés d'entretien de la Société de transport de l'Outaouais (STO) pourraient débrayer à compter de 4 h vendredi. Le transporteur public a confirmé, mardi après-midi, avoir reçu un prévis de grève de 72 heures du Syndicat uni du transport.

Ce dernier doit rencontrer ses membres mercredi pour décider des mesures que prendront les syndiqués vendredi matin.

En entrevue à l'émission Sur le vif, lundi, le président du Syndicat, Félix Gendron, avait laissé entendre que les chauffeurs et les employés d'entretien pourraient d'abord refuser d'effectuer des heures supplémentaires, plutôt que de déclencher un arrêt de travail complet.

Or, dans un communiqué, la STO indique qu' « à moins d'avis contraire » de la partie syndicale elle s'attend « à une grève générale illimitée ».

« Dans ce contexte, la STO se doit d’aviser la population qu’aucun service régulier de transport en commun, y compris le service intégré aux étudiants, ne sera offert », écrit le transporteur public. « Rappelons que le service de transport adapté n’est pas touché par la situation actuelle. »

Plus d'articles

Commentaires