Retour

La Ville d'Ottawa et l’aéroport réclament une injonction contre les chauffeurs de taxi

La Ville d'Ottawa et l'Administration de l'aéroport international d'Ottawa ont déposé une requête d'injonction pour empêcher les chauffeurs de taxi de manifester sur la promenade de l'aéroport, à la suite des débordements qui se sont produits ces dernières semaines.

La section locale 1688 du syndicat Unifor, qui représente les chauffeurs de taxi qui desservaient l'aéroport, a reçu, aujourd'hui, un avis stipulant qu'une demande d'injonction avait été déposée par la Municipalité et les autorités aéroportuaires.

La cause devrait être entendue devant les tribunaux mercredi.

« Ces manifestations ont maintenant lieu depuis un bon moment et ont sérieusement interféré avec les activités des usagers de la promenade de l'aéroport », note le greffier et chef du contentieux de la Ville d'Ottawa, Rick O'Connor, dans un courriel adressé au maire et aux élus du conseil.

La demande conjointe a aussi pour but de prévenir les actes d'intimidation, qui se sont produits récemment.

« Les manifestations ont dégénéré, comme l'attestent les accusations qui ont été déposées contre des protestataires. En l'absence de signes d'accalmie, et dans le but de prévenir une escalade, la Ville et l'aéroport considèrent qu'il est impératif d'agir », est-il indiqué dans le courriel.

En août dernier, l'Administration de l'aéroport international d'Ottawa avait réclamé et obtenu une injonction, qui limitait considérablement l'ampleur des manifestations devant et autour de l'aérogare.

D'après un texte de CBC

Plus d'articles

Commentaires