Retour

La Ville d'Ottawa fait la guerre au panais sauvage

La présence d'un envahisseur méconnu a entraîné la fermeture temporaire d'une section de 3,2 km du sentier pédestre Rideau, près du quartier Barrhaven, dans le sud d'Ottawa. Le panais sauvage, une plante toxique, prolifère en effet dans cette zone.

La sève de cette plante est toxique. Lorsqu'elle entre en contact avec la peau et que cette dernière est exposée au soleil, elle provoque des éruptions cutanées graves, des ampoules ou des brûlures. Les cicatrices peuvent persister pendant plusieurs années.

Si la sève entre en contact avec les yeux, elle peut causer une cécité temporaire ou permanente.

La Ville contre-attaque

Pour la première fois, la Municipalité d'Ottawa a épandu au printemps un herbicide pour lutter contre le panais sauvage. Au total, 260 km de bords de route et de parcs ont ainsi été vaporisés.

Pour maximiser les résultats, la Ville a également procédé à une coupe importante des plants.

Ceux qui ont malgré tout poussé sont maintenant en fleurs et produiront bientôt leurs semences.

Le directeur général des travaux publics à la Ville d'Ottawa, Kevin Wylie, estime que les plants de panais sauvages devraient s'étioler dans les prochaines semaines.

La lutte se fait également à Gatineau

De son côté, la Ville de Gatineau publie sur son site Internet une mise en garde contre le panais sauvage.

La Municipalité recense la présence de cette plante, afin de planifier les interventions dans les lieux à haut risque (coupe, étouffage, arrachage et, en dernier recours, utilisation d'un herbicide).

Avec les informations de CBC

Consultez la fiche informative du gouvernement de l'Ontario :

Plus d'articles

Commentaires