Retour

La Ville d'Ottawa pourrait permettre la construction de micromaisons

La Ville d'Ottawa pourrait être la première municipalité en Ontario à permettre la construction de micromaisons. Pour l'instant, ces petites habitations seraient seulement autorisées dans la cour arrière d'une résidence principale, en vertu d'une décision prise, mardi, par le Comité de l'urbanisme.

De plus, les annexes résidentielles ne pourront pas être plus grosses que l'équivalent d'un appartement de deux chambres et devront respecter de nombreux autres critères.

Cette nouvelle réglementation doit être soumise aux membres du conseil municipal dans deux semaines. Une fois approuvée, elle sera mise à l'essai pour une période de deux ans.

La Ville d'Ottawa s'attend à une cinquantaine de demandes de construction de micromaisons par année sur son territoire.

Le ministère des Affaires municipales et du Logement force les municipalités à mettre en place des règlements permettant la construction de logements secondaires. Le but de cette politique est d'améliorer l'offre de logements abordables.

Les villes sont ensuite responsables d'en déterminer les balises. La Ville d'Ottawa a d'ailleurs tenu des consultations publiques, l'an dernier, en vue de modifier en ce sens son règlement de zonage et son plan officiel.

En plus d'être une solution potentielle au manque de logements abordables, les micromaisons pourraient permettre aux membres d'une même famille de partager un terrain.

« C'est quelque chose qui permet, par exemple, d'héberger des parents qui sont un peu plus vieux ou d'héberger des enfants qui sont maintenant [de] jeunes adultes et qui veulent plus d'indépendance », fait valoir l'urbaniste Alain Miguelez, de la Ville d'Ottawa.

L'adoption d'un règlement municipal permettant la construction de micromaisons soulève toutefois des inquiétudes.

Le conseiller municipal du quartier Capitale, David Chernushenko, souligne notamment que la densification de certains secteurs de la ville pourrait causer des problèmes.

« Ce sont des quartiers résidentiels, zonés pour être résidentiels. Alors, est-ce que c'est vraiment quelque chose qui a un Airbnb, qui crée trop de bruit, qui crée trop de problèmes de stationnement, et cetera », explique-t-il.

Mathieu Nadon s'est entretenu avec Martin Bisson, de la firme Lumbec, laquelle fabrique notamment des micromaisons :

Selon la présidente de l'Association communautaire de l'Est d'Ottawa, Phyllis Odenbach-Sutton, des propriétaires pourraient aussi être tentés de couper des arbres pour faire place à une micropropriété.

« C'est possible qu'il y ait des effets négatifs pour les propriétés adjointes et ce n'est pas quelque chose qu'on veut avoir, parce que c'est vraiment important pour les voisins », dit-elle.

Par ailleurs, pour l'instant, les micromaisons resteront interdites dans le secteur du Village de Rockcliffe Park, puisque ce quartier possède son propre plan secondaire d'aménagement.

D'après le reportage de la journaliste Laurie Trudel

Plus d'articles