Retour

La Ville d'Ottawa songe à un tarif spécial pour les usagers du transport en commun à faible revenu

La possibilité d'instaurer un laissez-passer de transport en commun pour les citoyens à faible revenu a fait l'objet de discussion, lundi, à la Commission du transport en commun de la Ville d'Ottawa.

Plus de 40 organismes locaux espèraient que le comité allait appuyer un rapport qui propose cette option.

Aucun consensus n'a toutefois pu être fait, malgré quatre heures de débat. Certains conseillers demandaient de faire payer les gens les plus fortunés, d'autres voulaient plutôt que le gouvernement de l'Ontario paie la différence.

À Ottawa, des 145 000 personnes qui gagnent moins que le seuil de faible revenu fixé par Statistique Canada, 31 000 sont des usagers du transport en commun, selon ce rapport.

Des tarifs spéciaux ou des remboursements sont déjà offerts à certains usagers à faible revenu, dont les étudiants et les aînés, ainsi que ceux qui font partie du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées (grâce au laissez-passer communautaire).

Toutefois, selon le rapport, quelque 8880 usagers du transport en commun à faible revenu ne reçoivent pas de remboursement ou ne bénéficient pas de tarifs spéciaux.

Selon le conseiller du quartier Kitchissippi, Jeff Leiper, qui siège à la Commission du transport en commun, l'instauration d'un laissez-passer abordable pour les gens à faible revenu est une idée que les groupes anti-pauvreté revendiquent depuis longtemps.

Pour M. leiper, pour les gens incapables de se payer un laissez-passer mensuel, cela signifie que les emplois et les loisirs sont inaccessibles.

Des laissez-passer pour les personnes à faible revenue existent déjà dans plusieurs villes canadiennes, dont Regina, Calgary, Hamilton et Saskatoon.

Deux options sont présentées dans le rapport :

  1. Un rabais de 24 %, soit un tarif comparable au laissez-passer étudiant, au coût de 1,3 million de dollars par année par la Ville;
  2. Un rabais de 62 %, soit un tarif comparable au laissez-passer pour aînés et au laissez-passer communautaire, au coût de 3,3 millions de dollars par année pour la Ville.

Des représentants de plusieurs groupes - dont des syndicats, des organismes environnementaux et des refuges pour sans-abri- ont aussi présenté à la Commission une pétition de quelque 2400 signatures pour l'implantation d'un tel laissez-passer.

D'après CBC

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine