Retour

La Ville de Gatineau dit souffrir d'un manque de personnalité culturelle

Dans un mémoire présenté lundi matin au ministre de la Culture et des Communications, Luc Fortin, la Ville de Gatineau reconnaît qu'elle a encore du mal à se doter d'une « personnalité » qui lui permettrait de se distinguer au Québec et au Canada.

M. Fortin poursuit actuellement des consultations à travers la province en vue du renouvellement de la Politique culturelle du gouvernement du Québec.

Il est de passage à Gatineau, lundi, afin de recevoir les contributions de différents groupes, dont celles de la Ville de Gatineau et d'acteurs du milieu de la culture.

Une rencontre est organisée à cet effet à la salle La Basoche, dans le secteur d'Aylmer, devant une cinquantaine de participants.

Cette consultation doit notamment permettre à la Ville de faire valoir sa vision en matière de culture, les préoccupations locales et les besoins en termes de collaboration ou d'appui.

Un constat sévère

Dans le mémoire de la Municipalité, intitulé Placer la culture au centre de nos vies : vers un nouveau partenariat culturel, on peut lire que Gatineau « éprouve encore de la difficulté à se doter d'une personnalité qui la distinguerait parmi les villes du Québec et du Canada ».

Mireille Apollon, la conseillère du district de L'Orée-du-Parc et présidente de la Commission des arts, de la culture, des lettres et du patrimoine, justifie ce constat implacable par le fait que la Ville de Gatineau est « jeune ».

« La Ville de Gatineau a à peine 10 années d'existence. Elle a été conçue suite à une fusion de cinq villes déjà existantes, qui avaient déjà leurs personnalités propres »,
a-t-elle expliqué lors d'une entrevue à Radio-Canada.

Mme Apollon souligne par ailleurs que la Ville de Gatineau a fort à faire pour exister, d'un point de vue identitaire, face à une ville de la dimension d'Ottawa.

« Il ne faut pas oublier que Gatineau fait aussi face géographiquement à une ville qui a à peu près le triple de sa population, qui a un effet attractif très fort avec le siège du gouvernement fédéral », évoque-t-elle.

Appuyer et favoriser l'autonomie

Mireille Apollon précise que Gatineau a deux créneaux qui lui tiennent à coeur : le patrimoine et l'appui au milieu culturel.

Pour parvenir à ses fins, la Municipalité souhaite que la province établisse les orientations du développement culturel, mais que la Ville puisse elle-même poser les diagnostics, déterminer ses cibles et s'assurer du développement des oeuvres culturelles.

La Ville de Gatineau et les acteurs locaux de la région recommandent également la création d'un musée régional et souhaitent que le provincial soutienne davantage les musées de Gatineau.

Le Réseau du patrimoine du Gatineau et de l'Outaouais (RPGO) a notamment rappelé que la région pâtissait d'un « sous-investissement chronique » dans le domaine du patrimoine et de la muséologie.

« Les dépenses de l'administration publique québécoise dans le secteur du patrimoine, des institutions muséales et des archives sont largement inférieures à celles déployées dans les autres régions intermédiaires et dans les régions éloignées du Québec », indique l'organisme dans un communiqué.

Le RPGO voudrait que Québec renouvelle son engagement financier envers les organismes qui oeuvrent dans le domaine du patrimoine et que les mécanismes pour obtenir du financement soient simplifiés.

Un total de douze rapports doivent être déposés lors de la consultation à Gatineau.

Avec des informations de Jérôme Bergeron

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine