Retour

La Ville de Hawkesbury emploie les grands moyens pour évincer un organisme culturel

Le conflit qui persiste entre la Ville de Hawkesbury et le Centre culturel Le Chenail depuis plus d'un an vient de prendre une tournure juridique.

Un texte de Denis Babin

La Ville a déposé tout récemment une requête auprès de la Cour supérieure de l'Ontario pour évincer le Centre culturel de la Maison de l'île, une bâtisse qui appartient à la Municipalité.

« Il y a beaucoup de gens qui trouvent que le comportement de la Ville est horrible », lance la présidente du Centre culturel Le Chenail, Paula Assaly.

Ce nouveau développement arrive à un bien mauvais moment pour Le Chenail, alors que l'organisme vient d'obtenir une subvention de 150,000$ de la Fondation Trillium pour rénover la bâtisse en question.

« Maintenant que nous avons nettoyé et réparé la Maison de l'île, et que nous continuons à faire des réparations, on veut nous l'enlever », s'indigne la présidente de l'organisme.

Le bureau d'information touristique de la Ville au coeur du conflit

Ce conflit a éclaté au grand jour l'été dernier lorsque la Ville de Hawkesbury a signifié au Centre culturel qu'elle voulait installer son bureau d'information touristique au rez-de-chaussée de la Maison de l'île.

La Municipalité a invoqué une clause dans le bail qui lui permet de « réaménager l'espace loué après avoir donné un avis de six mois à l'organisme ».

Ce scénario aurait relégué Le Chenail au 2e étage de la bâtisse.

« Nous étions prêts à collaborer avec la Ville sans compromettre nos espaces voués à la culture », tient à préciser Paula Assaly.

Au fil des mois, les rencontres entre les deux parties se sont succédé, mais les deux parties ont été incapables de trouver un terrain d'entente.

« Non-respect des conditions prévues au bail »

Mais voilà, le 16 février dernier, un membre du conseil s'est pointé à la Maison de l'île afin de remettre une lettre aux dirigeants de l'organisme qui, selon la requête, « contenait une entente donnant le feu vert au réaménagement exigé par la Ville ».

Mais les dirigeants du Centre culturel ont refusé d'en prendre connaissance.

« La Ville avait rédigé unilatéralement une entente, l'avait déjà signée et je présume que le conseil voulait nous forcer à la signer », raconte la présidente du Centre culturel Le Chenail.

Or, la Ville prétend, dans sa requête, que ce refus « constitue une violation des conditions prévues au bail ».

À la Ville, c'est motus et bouche cousue

Invitée à expliquer le plus récent chapitre de cette saga, la mairesse Jeanne Charlebois s'est refusée à tout commentaire.

Entre-temps, à la Maison de l'île, l'organisme culturel, qui a retenu les services de l'avocat Ronald Caza pour se défendre, maintient ses activités.

« On a des contrats avec nos employés, nos activités. Nous n'avons pas l'intention de sortir à moins qu'un juge ne nous dise que nous avons fait quelque chose qui n'est pas correct et qu'à partir de là, il faut sortir », a conclu Paula Assaly.

La requête de la Ville de Hawkesbury doit être entendue le 15 juillet prochain.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine