Retour

La violence familiale, un fléau bien présent à Gatineau

Gatineau fait piètre figure en matière de violence familiale, selon les plus récentes données publiées par Statistique Canada. Après Saguenay et Trois-Rivières, Gatineau est la pire ville du pays.

Le taux de violence familiale déclarée par les services policiers de la région métropolitaine de Gatineau en 2015 était de 336 victimes pour 100 000 personnes, alors que le taux pour l’ensemble du pays se situe à 243 victimes.

C’est pourtant de l’autre côté de la rivière des Outaouais, à Ottawa, que se situe le plus bas taux au pays. La capitale nationale dénombre à peine 85 victimes par 100 000 habitants.

Une différence énorme, qui s’explique toutefois par plusieurs facteurs, selon un analyste chez Statistique Canada, Samuel Perreault. L'étude a compilé des statistiques des corps de police à travers le Canada. Or, les gens peuvent être plus incités à porter plainte selon l'existence de programmes mis en place localement.

« Ça peut être affecté par une multitude de facteurs, notamment les pratiques policières, les priorités des postes de police », a expliqué M. Perreault.

Il y a aussi des campagnes de sensibilisation. Si les gens le déclarent plus à la police, ça va faire que les chiffres déclarés par la police vont être plus élevés.

Samuel Perreault, Statistique Canada

C’est un peu le même constat que fait Jean-Paul Lemay, du Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG). Le porte-parole a affirmé que le SPVG avait une politique très stricte en matière de violence familiale et conjugale.

Par ailleurs, partout au pays, l'étude montre que les femmes sont deux fois plus susceptibles que les hommes d'être victimes de ce type de violence.

Avec les informations de Jérôme Bergeron et Stéphanie Allard

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les plus beaux hôtels écologiques du monde