Retour

Le boycottage d'un fabricant d'armes réjouit des consommateurs canadiens

The Running Room emboîte le pas à Mountain Equipment Co-op (MEC) et met un terme à son association avec une entreprise dont certaines filiales fabriquent des fusils d'assaut. Des clients des deux compagnies canadiennes se réjouissent de cette initiative.

Les deux compagnies canadiennes, qui ne vendent pas d'armes à feu, ont choisi de suspendre les commandes d’articles de Vista Outdoors, un fabricant américain qui comprend notamment la marque CamelBack et Bushnell.

La compagnie de l'Utah possède aussi des manufacturiers d’armes à feu et de munitions. Une de ces armes semi-automatiques est celle utilisée dans la fusillade d’une école secondaire en Floride, en février.

« Je suis tellement heureuse de cette décision », s’est exclamée Gail Joynt, à la sortie du magasin MEC d’Ottawa. « Je suis cliente depuis 30 ans, je suis totalement en accord avec la décision. »

Les dirigeants de The Running Room et de MEC disent avoir écouter l’opinion émise par leurs clients afin de prendre cette décision.

« Les réseaux sociaux, les courriels et les discussions avec nos clients nous ont permis de réaliser que le consensus est que les gens pensent qu’il est temps d’être proactif par rapport à ce problème qui perdure », a expliqué John Stanton, propriétaire des magasins Running Room, qui compte plus d’une centaine de succursales au Canada, dont six à Ottawa.

David Labistour, président-directeur général de MEC, espère que « nos actions vont agir comme catalyseurs pour ce débat devenu mondial ».

Les articles des marques appartenant à Vista Outdoor, comme des jumelles, des sacs à dos ou des lunettes de soleil, resteront sur les tablettes jusqu’à ce qu’ils soient vendus, mais aucune nouvelle commande ne sera faite.

Dans un message publié sur son site web, la marque CamelBack a déclaré qu'elle ne faisait pas partie de la même division que le fabricant d'armes au sein de l'entreprise Vista Outdoor.

« Nous reconnaissons, soutenons et respectons le droit de chaque individu de décider lui-même des marques qu'il achètera en fonction des critères qu'il juge importants. Alors que nous nous efforçons d'apporter des changements positifs, nous espérons maintenir notre réputation de près de 30 ans », peut-on lire.

Avec les informations de Florence Ngué-No

Plus d'articles