Retour

Le camping improvisé près du ruisseau de la Brasserie à Gatineau est surpeuplé

Bien que la direction du CIPTO dresse un bilan positif du projet pilote de camping improvisé près du ruisseau de la Brasserie à Gatineau, le fort achalandage cause parfois des problèmes de gestion.

L'impact environnemental devra également être suivi de près selon le Directeur général du Centre d'intervention et de prévention en toxicomanie de l'Outaouais Yves Séguin.

Beaucoup de gens s'y présentent la fin de semaine pour faire la fête, selon Yves Séguin, et ces gens ne partagent pas toujours la même réalité que les campeurs pour qui l'endroit est un dernier recours.

Des solutions permanentes?

« Le camping est un projet temporaire. » , rappelle le directeur général du Centre d'intervention et de prévention en toxicomanie de l'Outaouais.

Selon lui, il faudrait envisager des solutions permanentes plutôt que temporaires, comme le déménagement du site sur une base régulière.

Si le campement déménageait, les gens s'y rendraient moins pour faire la fête croit-il. Il ajoute que d'autres projets, comme des habitations faites avec des conteneurs par exemple, pourraient réduire l'impact sur le voisinage.

Ce printemps, le Centre d'intervention et de prévention en toxicomanie de l'Outaouais (CIPTO), prenant le relais de Droits-Accès de l'Outaouais et annonçait que le projet de campement pour itinérants reprendrait pour 6 mois.

Le camp sera démantelé à la fin du mois d'octobre.

Plus d'articles

Commentaires