Retour

Le Centre de paye de Miramichi au coeur du problème Phénix

EXCLUSIF - Des documents internes obtenus par Radio-Canada révèlent que trois fois plus de fonctionnaires fédéraux ont des problèmes avec leur paye lorsqu'elle est traitée par le Centre des services de paye de la fonction publique, situé au Nouveau-Brunswick.

Un texte de Catherine Lanthier

Le Centre des services de paye de Miramichi gère la paye des deux tiers des employés de l’État, soit un peu plus de 210 000 personnes. Cependant, le salaire d’un peu plus de 100 000 fonctionnaires n’est pas traité par ce centre, mais à l’interne.

Cette façon de faire génère visiblement beaucoup moins de difficultés, même si le système de paye Phénix y est aussi utilisé.

En date du 8 août dernier, 64 % des employés dont la paye est administrée à Miramichi attendaient depuis plus d’un mois que leur dossier soit traité. Ceci dépasse, dans la majorité des cas, les normes de service établies par le gouvernement fédéral.

En contrepartie, les fonctionnaires travaillant pour des organisations qui gèrent leur rémunération à l’interne ont beaucoup moins de soucis. À la même date, seulement 21 % des employés fédéraux se trouvaient dans cette situation.

Ces données obtenues en exclusivité par Radio-Canada ont été générées par le Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada.

Ces chiffres révèlent également que les ministères et les agences dont la paye passe par Miramichi cumulaient 307 542 cas non traités depuis plus d’un mois (moyenne de 1,5 cas par personne) contre 28 874 pour ceux dont la paye est gérée à l’interne (moyenne de 0,25 cas par personne).

La décision de centraliser la paye de la fonction publique fédérale à Miramichi a été prise en 2010 par le gouvernement Harper, qui a par la suite mis à pied 700 conseillers en rémunération.

Sur un total de 101 ministères et organismes fédéraux, le Centre des services de paye de la fonction publique en dessert maintenant 46. Le projet d’y ajouter d’autres ministères et organismes est mis en veilleuse.

D’autres employés seront nécessaires

Le gouvernement fédéral tente toujours de recruter des spécialistes de la paye, pourtant mis à la porte dans le passé.

« Ces efforts sont en cours », explique en entrevue à Radio-Canada le député de Gatineau, Steven MacKinnon.

Si ceux-ci portent « un certain fruit, nous n’avons pas la conclusion de cet exercice-là encore, donc, avis aux intéressés », lance le secrétaire parlementaire du ministre des Services publics et de l'Approvisionnement, devenu le visage gouvernemental de Phénix.

Le ministère des Services publics et de l’Approvisionnement est parvenu à recruter 286 employés supplémentaires. L’objectif était de 200. Cependant, le ministère n’est pas en mesure de nous dire combien, de ce nombre, sont des spécialistes de la rémunération.

Malgré les investissements de plusieurs millions de dollars et les embauches, ces ressources ne semblent pas suffire.

« Des conseillers en rémunération d’autres ministères et organismes ont accepté de travailler des heures supplémentaires en soirée », indique de son côté par écrit le porte-parole du ministère, Nicolas Boucher.

De plus, un certain nombre d'employés récemment embauchés sont actuellement affectés au traitement des conventions collectives, ce qui représente une importante charge de travail.

Les augmentations salariales et les paiements rétroactifs doivent en effet être traités en fonction d’un échéancier fixe.

Ce flot de dossiers à traiter était cependant « prévisible », déplore le vice-président de l’Institut professionnel de la fonction publique du Canada, Stéphane Aubry. Selon lui, le fédéral aurait dû être mieux préparé à y faire face.

Radio-Canada révélait la semaine dernière que 156 000 fonctionnaires fédéraux étaient touchés par les ratés du système, soit environ la moitié des effectifs au pays, un an et demi après le début de la crise du système Phénix.

Plus d'articles

Commentaires