Retour

Le Centre Jules-Léger sera géré par les conseils scolaires de langue française

Le gouvernement de l'Ontario présentera cet automne un projet de loi qui confiera la gouvernance du Centre Jules-Léger, à Ottawa, aux conseils scolaires de langue française de la province.

Le Centre Jules-Léger offre des services scolaires aux élèves franco-ontariens atteints de troubles d'apprentissage sévères ou qui sont malentendants, sourds, malvoyants ou aveugles. L'établissement relève actuellement du ministère de l'Éducation de l'Ontario.

Le projet de loi vise à créer le Consortium du Centre Jules-Léger (CCJL), un regroupement formé de représentants des 12 conseils scolaires francophones de la province. Il y aurait, au sein de ce consortium, un nombre égal de conseillers scolaires issus des conseils publics et catholiques.

Les usagers du Centre Jules-Léger ont accueilli la nouvelle avec joie. « Ça fait longtemps qu'on attendait cette annonce », a affirmé une porte-parole du conseil des parents du Centre, Carine Jacques Lafrance.

Mme Lafrance a expliqué que le Centre Jules-Léger fait partie du réseau des écoles provinciales, qui comprend trois établissements anglophones et un seul francophone.

Meilleur financement

Les écoles provinciales ont subi d'importantes compressions depuis au moins cinq ans et Mme Lafrance espère que les nouveaux gestionnaires pourront améliorer les services aux enfants.

« L'égalité n'est pas là. Si on regarde le nombre d'élèves sourds francophones en province, le nombre d'élèves sourds anglophones, le nombre de consultants francophones et le nombre de consultants anglophones [...] il y a beaucoup plus de services en anglais », a-t-elle soutenu.

Cette situation préoccupe la présidente du Conseil des écoles publiques de l'Est de l'Ontario, Linda Savard. « On veut pouvoir offrir de meilleurs services à cette clientèle-là », a-t-elle souligné.

Une recommandation qui date de deux ans

La création d'une nouvelle entité administrative pour le Centre Jules-Léger fait suite aux recommandations du commissaire aux services en français de l'Ontario. Dans un rapport publié en 2015, ce dernier avait suggéré que le Centre soit administré par un conseil scolaire francophone.

Pour en arriver à cette conclusion, le commissaire François Boileau s'était penché sur une vingtaine de plaintes de parents dénonçant certaines règles du ministère de l'Éducation. Me Boileau avait souligné que les gestionnaires ne tenaient pas compte de la réalité des bénéficiaires francophones.

Par la suite, le gouvernement ontarien avait consulté les élèves, les parents et le personnel du Centre, ainsi que divers acteurs du milieu de l'éducation en français, pour trouver des façons de favoriser la réussite scolaire.

Fondé dans les années 1970, le Centre Jules-Léger est le seul établissement à offrir des services spécialisés du genre en français en Ontario. Le gouvernement provincial estime que l'établissement répond aux besoins de plus de 400 élèves annuellement.

Avec les informations de Gilles Taillon

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Cet amateur de hockey gagne 1000$ s'il réussit à marquer





Rabais de la semaine