Retour

Le chef des ambulanciers paramédicaux d’Ottawa réclame plus d’effectifs

Après le conseiller municipal du quartier West Carleton-March, Eli El-Chantiry, c'est au tour du directeur du Service paramédic d'Ottawa, Anthony Di Monte, de réclamer l'embauche de plus d'ambulanciers paramédicaux par la Municipalité.

Cette prise de position intervient alors que des villes voisines d'Ottawa se plaignent depuis quelques semaines que leurs équipes sont trop souvent appelées en renfort sur le territoire de la capitale nationale, surtout en milieu rural.

Le problème n'a d'ailleurs pas échappé aux citoyens qui habitent ces secteurs quelque peu délaissés.

« Les résidents de mon quartier sont inquiets parce qu'ils payent leurs taxes et qu'ils devraient recevoir les mêmes services que les autres », indique le conseiller du quartier Osgoode, George Darouze.

Cette situation s'explique par le fait que les ambulanciers paramédicaux d'Ottawa sont régulièrement envoyés au centre-ville, d'où proviennent la majorité des appels. Cela entraîne une pénurie dans les secteurs excentrés.

« D'une certaine manière, nous faisons du triage. Nous essayons de maximiser nos ressources du mieux que nous pouvons », se défend M. Di Monte.

Les ambulanciers paramédicaux doivent répondre aux appels les plus urgents en moins de 8 minutes, mais ce délai ne serait respecté que moins d'une fois sur quatre dans le sud rural d'Ottawa.

« Comme le volume des appels est en hausse, mais pas les ressources, nous observons une érosion de nos performances », constate M. Di Monte.

Ce dernier a l'intention de recommander à la Ville de lancer une vague d'embauche afin de pallier ce problème.

Avec des informations de CBC

Plus d'articles