Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Outaouais organisait samedi un salon de l'emploi à Gatineau dans l'espoir de recruter de nouveaux employés dans divers domaines, alors que l'établissement fait face à des problèmes de main-d'œuvre et que certains travailleurs dénoncent leurs conditions de travail.

C’est la première fois que le CISSS organise un tel événement dans la région de Gatineau. Cette activité de recrutement vise à combler un éventail de postes, allant d’infirmières à préposés aux bénéficiaires en passant par ceux de cuisiniers, d’agents administratifs et de travailleurs sociaux.

« On cherche toujours des façons innovantes de créer des places où les gens peuvent venir nous rencontrer », a expliqué le coordonnateur du recrutement au CISSS, Bruno Desjardins.

Les candidats potentiels ont l’occasion de rencontrer des recruteurs, de leur présenter leur curriculum vitae, mais aussi de faire des entrevues sur place. C'est « une bonne façon de faire pour attacher les candidats le plus rapidement possible », croit M. Desjardins, qui espère que la foire permettra de recruter une cinquantaine de nouveaux employés.

Plus de 450 personnes ont visité le salon, selon les organisateurs.

Des représentants de l’Université du Québec en Outaouais (UQO) étaient aussi sur place afin de recruter des étudiants pour certains de ses programmes touchant au domaine de la santé, comme les sciences infirmières et le travail social. Mais tout comme le CISSS, l’UQO est aux prises avec certains problèmes pour attirer de la relève.

« Il y a certains mythes qu’on doit défaire ou des choses qu’on doit préciser. Les gens ont plus de craintes ces derniers temps, mais la formation est toujours de qualité et nous, on essaye de miser là-dessus », a raconté l’agente de recrutement pour l’UQO Martine Mercier.

Le recrutement pour améliorer les conditions de travail

Les revendications des travailleurs du CISSS de l’Outaouais font la manchette depuis les derniers mois, particulièrement en raison des conditions de travail difficiles de certains employés. Le problème de la rétention des employés vient donc s’ajouter à celui du recrutement.

« Qu’on fasse un salon de l’emploi, c’est bien, mais je pense qu’il faut améliorer les conditions de travail des gens qui sont dans le secteur de la santé », a estimé le président du Conseil central des syndicats nationaux de l’Outaouais, Michel Quijada.

De son côté, M. Desjardins est d’avis que le recrutement permettra à terme d’améliorer les conditions de travail des employés du CISSS.

Avec les informations d’Estelle Côté-Sroka

Plus d'articles