Retour

Le CISSS de l'Outaouais s'engage à améliorer la sécurité à Pierre-Janet

Des syndicats en santé de l'Outaouais ont rencontré la direction des programmes en santé mentale du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Outaouais, lundi, pour aborder des enjeux de sécurité, après l'évasion d'un détenu du Centre hospitalier Pierre-Janet, le 3 décembre dernier.

Le fugitif David Harvey, qui est toujours en cavale, avait blessé une préposée avant de prendre la fuite avec la carte d'accès de cette dernière.

Cet incident a profondément marqué certains employés de l'Hôpital psychiatrique Pierre-Janet, qui déplorent un manque de sécurité dans leur milieu de travail.

La présidente du Syndicat des travailleurs et travailleuses de la santé de Gatineau, Josée McMillan, s'est présentée à la rencontre avec une liste de cinq revendications.

Parmi celles-ci, la mise sur pied d'un comité paritaire santé-sécurité au travail, la révision de tous les mécanismes de sécurité en place, et la demande d'une réponse adéquate aux besoins en formation des employés.

Le directeur des programmes de santé mentale et dépendance du CISSS de l'Outaouais, Alain Godmaire, s'est dit satisfait de ses échanges avec les syndicats.

« Cette collecte d'informations nous a amenés à établir un plan pour que ce qui s'est passé le 3 décembre dernier ne se reproduise plus », a-t-il expliqué. « Nous comptons aussi revoir l'ensemble des procédures de sécurité à Pierre-Janet. »

Alain Godmaire s'est engagé à prendre en considération les revendications présentées par le Syndicat des travailleurs et travailleuses de la santé de Gatineau pour améliorer la sécurité à Pierre-Janet et protéger le personnel.

« On travaille sur un plan de formation depuis plusieurs semaines », a indiqué M. Godmaire. « Dans les prochains mois, il y aura des investissements significatifs pour être capable de donner de la formation aux nouveaux employés et pour rattraper les petits retards qu'on a eus. On va aussi faire des mises à niveau. On va reprendre la formation dès janvier. »

Communication d'urgence

La réunion entre le syndicat et la direction a aussi permis d'aborder la question du système de communication d'urgence.

Le directeur des programmes de santé mentale et dépendance du CISSS de l'Outaouais a annoncé que les appareils Vocera, qui permettent actuellement aux employés de communiquer entre eux en cas d'urgence, seront remplacés en raison du manque de fiabilité du dispositif et des mises à jour coûteuses du système.

Le Centre adoptera des émetteurs-récepteurs portatifs (walkies-talkies).

Le syndicat et la direction se sont aussi entendus pour une révision complète de la procédure de sécurité lorsqu'un préposé se retrouve seul avec un patient.

Alain Godmaire a annoncé qu'il compte déposer une première version du plan de révision de la sécurité à Pierre-Janet auprès du comité de vigilance du conseil d'administration du CISSS de l'Outaouais, le 19 décembre.

Plus d'articles

Commentaires