Retour

Le CISSSO promet que tous les patients de  l'Hôpital Pierre-Janet seront relogés d'ici 24 heures  

Près de deux jours après le bris d'une conduite d'eau qui a généré d'importants dégâts à l'hôpital psychiatrique Pierre-Janet, la direction du Centre intégré de santé et des services sociaux de l'Outaouais (CISSSO) assure que les tous les patients seront relogés dans les plus brefs délais.

Vendredi, vers 22 heures, un détenu en attente de son procès a tenté de s'enfuir de l'établissement. Il était à l'unité psycholégale, la même d'où s'est échappé David Harvey en décembre. Lors de sa tentative d'évasion, il a endommagé une conduite d'eau reliée à des gicleurs provoquant un dégât d'eau majeur dans le bâtiment central.

Dimanche après-midi, une trentaine de personnes avaient déjà été transférées dans d'autres bâtiments de l'hôpital. Le CISSSO cherche toujours à en réinstaller 36 vers des hôpitaux ou des centres d'hébergement.

« On est à l'élaboration de nos scénarios et à la planification des travaux nécessaires pour qu'on puisse déplacer les usagers dans d'autres installations du CISSS (hôpitaux, résidences) », a affirmé l'adjoint au président-directeur général du CISSSO, en entrevue téléphonique à Radio-Canada dimanche matin. Le CISSSO croit pouvoir reloger tout le monde d'ici 24 heures.

La santé des occupants ne serait pas à risque présentement. Toutefois, la présence d'amiante dans les murs pourrait poser problème lors des travaux de nettoyage et de séchage.

M. Gauthier précise que le déplacement des patients comporte son lot de défis. Les lieux ciblés pour la relocalisation des patients devront être adaptés à leur condition et à leurs besoins de soins.

« On a aussi des enjeux de sécurité liés au déplacement des usagers de l’unité légale, ceux qui sont en attente d'un procès », a-t-il déclaré. « Dans le cas de l'individu qui a arraché la conduite de gicleur vendredi, on est en discussion avec le ministre de la Sécurité publique pour déterminer les meilleures façons de travailler. »

La deuxième évasion

L'adjoint au PDG du CISSSO convient qu'il s'agit de la deuxième évasion en moins de trois mois. Toutefois, il refuse d'établir un lien entre les deux incidents.

Il n'y a aucun parallèle à faire entre les deux événements. L'évasion de vendredi s'est d'ailleurs soldée par un échec. Ce qui nous préoccupe en ce moment, ce sont les dégâts causés par la conduite d'eau. On s'affaire à réparer le tout le plus rapidement possible.

Benoît Gauthier, président-directeur général adjoint du Centre intégré de santé et des services sociaux de l'Outaouais

Le temps nécessaire afin d'effectuer les travaux de séchage et réparation est présentement inconnu.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Le plus beau cadeau qu'elle pouvait recevoir





Rabais de la semaine