Retour

Le code vestimentaire des serveuses crée des remous au Bier Markt

Une entreprise de restauration est forcée de reculer après avoir imposé à certaines de ses employées un uniforme jugé trop osé.

L'entreprise CARA, qui possède plusieurs chaînes de restaurants, dont les sept Bier Markt de l'Ontario et du Québec, voulait imposer le port d'une robe courte et moulante accompagnée de talons hauts à son personnel féminin. Ce nouvel uniforme devait remplacer les pantalons noirs et la chemise polo, qui étaient auparavant portés par les employés de ses établissements, dont ceux de la rue Sparks à Ottawa et du boulevard René-Levesque Ouest à Montréal.

Cette mesure devait entrer en vigueur le 5 octobre dernier. Toutefois, l'entreprise est revenue sur sa décision à la suite d'une enquête de l'émission Go Public, diffusée sur les ondes de CBC.

Selon Tierney Angus, une employée d'un Bier Markt de la région de Toronto, une quarantaine de serveuses de différentes succursales se seraient plaintes du caractère osé de l'uniforme auprès des ressources humaines.

« C'est ridicule! Les femmes se sont battues pour le droit de porter le pantalon il y a plus de 100 ans maintenant », déplore-t-elle.

L'entreprise fait volte-face

La mesure a été abandonnée. Dans un courriel envoyé à CBC, CARA explique qu'à la suite de commentaires de quelques employées, le port de la robe est devenu optionnel. Si elles le préfèrent, les serveuses ont maintenant le droit de porter des jeans, un chandail et des espadrilles, comme le personnel masculin, souligne l'entreprise.

Pour l'avocate de Mme Angus, qui était prête à se battre en cour dans cette affaire, il est triste de voir que ce genre de situation se présente toujours en 2015.

« On ne sait pas pourquoi c'est ainsi, mais c'est probablement parce que les propriétaires croient que cela peut attirer davantage d'hommes dans leur commerce », souligne l'avocate en droit du travail Barbara Green.

Selon Me Green, la mesure entrait en conflit avec le Code des droits de la personne de l'Ontario.

Avec les informations de Rosa Marchitelli CBC

Plus d'articles

Commentaires