Retour

Le CrossFit de plus en plus populaire à la Poylvalente Nicolas-Gatineau

Ils ne soulèvent pas des masses extraordinaires de fonte et ne courent pas des dizaines de kilomètres sans aucun effort. Mais depuis trois ans, de nombreux élèves de la Polyvalente Nicolas-Gatineau ont intégré le CrossFit à leur horaire sans rechigner. Ils sont même des dizaines à participer au programme d'entraînement en parcours et ils en redemandent.

Un texte de Jonathan Jobin

« On a eu l'idée de commencer un programme pour rassembler les jeunes de l'école », raconte Éric Joly, l'enseignant qui s'occupe du projet. « On voulait les amener à un programme unique et commun à tous, qui va chercher plusieurs sports. Le CrossFit semblait rentrer dans les cordes. »

S'il n'a pas été surpris par l'intérêt des élèves, Joly a dû bonifier l'offre rapidement.

En plus des quelque 20 jeunes qu'il suit en parascolaire, il offre maintenant des cours optionnels intégrés à l'horaire des adolescents et s'occupe de l'entraînement de plusieurs équipes interscolaires, dont les formations de football et de basketball.

Le CrossFit ratisse large. Il mélange différentes activités comme la musculation, la gymnastique et les sports d'endurance.

Ce cocktail semble plaire aux élèves qui ont chacun leurs raisons de participer à la classe. « Ça me donne un rush d'adrénaline. Après chaque exercice, tu es épuisé, tu as la tête qui tourne et c'est normal », lance Vincent Lombard, un élève de 5e secondaire.

Une explication partagée par sa jeune collègue Amélie Thériault, qui, à 13 ans, repousse constamment ses limites. « J'aime me mettre en forme et travailler dur », dit-elle.

La popularité de ce sport continue de grandir depuis plusieurs années.

L'arrivée des Jeux CrossFit en 2009, qui mettaient en vedette les meilleurs athlètes au monde, a propulsé l'épreuve au sommet des sports retenant l'attention des jeunes.

Les jeunes regardent de telles compétitions avec un mélange de curiosité et d'envie.

« On espère convaincre d'autres écoles de faire du CrossFit », mentionne Sophyane Chamberland, 16 ans. L'adolescente souhaite s'inscrire à d'éventuelles compétitions pour « savoir quelles écoles sont les meilleures. »

Une façon de connaître le niveau de chaque école serait en effet de créer une ligue interscolaire. L'instigateur du CrossFit à Nicolas-Gatineau croit qu'une telle idée pourrait voir le jour dans les prochaines années.

« Ça pourrait être un bel événement pour attirer beaucoup de monde. Je suis certain que les jeunes aimeraient beaucoup participer à ce genre de compétition », soutient Éric Joly.

Mais avant de se lancer dans un tel projet, il souhaite d'abord miser sur l'engouement créé par le programme à sa polyvalente.

La création d'une ligue scolaire ne semble de toute façon pas pour demain.

Il faudra d'abord trouver des instructeurs accrédités pour créer les programmes dans les écoles et ensuite convaincre les autorités du sport étudiant de faire une place au CrossFit.

Plus d'articles