Retour

Le DPCP saisi du rapport du BEI sur la mort de Nadia Racine à Gatineau

Le Bureau des enquêtes indépendantes (BEI) du Québec a terminé d'enquêter sur les circonstances de la mort de Nadia Racine, survenue à la suite d'une intervention de policiers à son domicile de Gatineau il y a plus d'un an. Son rapport a été envoyé au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DCPC), jeudi.

Le DCPC décidera s'il portera ou non des accusations contre les policiers impliqués.

Très peu de détails du rapport du BEI ont été rendus publics, « puisqu'il contient des renseignements sensibles et nominatifs, des déclarations des personnes impliquées et des témoins de même que des éléments de preuve », selon un communiqué de l'organisme publié vendredi.

On sait toutefois que le 24 janvier 2017, le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) a été appelé par un voisin qui disait entendre des cris. En arrivant sur place, les policiers ont cogné à la porte de Mme Racine. En l'absence de réponse de la part de la femme de 34 ans, ces derniers ont défoncé la porte.

« À l’intérieur se trouve une dame couchée au sol sur le ventre. Elle a des spasmes et se cogne la tête contre le sol et un meuble », peut-on lire dans le communiqué du BEI. « Bien qu’elle résiste fortement, les policiers tentent de l’empêcher de s’infliger davantage de blessures. Ils réussissent à la maîtriser et à la menotter. La femme a de la difficulté à respirer. Des ambulanciers arrivent sur les lieux et entreprennent des manœuvres. Ils transportent la femme au centre hospitalier. »

Mme Racine est morte à l'hôpital, au lendemain de l'intervention.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L'art d'être le parfait invité