Retour

Le festival Fierté dans la capitale dévoile sa programmation 2015

Les responsables du festival Fierté dans la capitale ont annoncé, aujourd'hui, les détails de l'événement de cette année. Pour eux, c'était aussi l'occasion de démontrer que des changements ont été apportés à l'organisation, après les déboires de l'an dernier.

Le festival de la fierté gaie, qui fête ses 30 ans de présence à Ottawa, se déroulera cette année du 17 au 23 août.

Tout au long de la semaine de célébration, différentes activités sont prévues donc des projections de films, des conférences, des activités sportives et culturelles.

Plusieurs changements sont à prévoir comparativement aux années précédentes, notamment en ce qui concerne le traditionnel défilé, qui ne se terminera pas devant l'hôtel de ville d'Ottawa.

Le tracé retenu emmènera les participants de l'intersection de la rue Bank et de l'avenue Gladstone à l'intersection des rues Bank et Somerset. L'objectif est de ramener les festivités au cœur même du village gai de la capitale nationale.

Un vent de fraîcheur

L'ancienne équipe à la tête du festival avait dû déclarer faillite, après que l'événement de 2014 eut accumulé une dette de plus de 106 000 $.

Des fournisseurs s'étaient plaints de ne pas avoir été payés. La police d'Ottawa avait ouvert une enquête à propos de la disparition de dizaines de milliers de dollars issus de la vente d'alcool.

À la suite d'une refonte de l'organisation de l'événement, en partenariat avec la Zone d'amélioration commerciale (ZAC) de la rue Bank, un nouveau modèle gouvernance a été adopté.

Un temps menacé, le soutien financier de la Ville d'Ottawa, dont le niveau demeure inchangé, a été pérennisé.

« La Ville est là pour aider avec la reconstruction de festival comme celui de la fierté et j'ai beaucoup de confiance dans la nouvelle direction », affirme le maire Jim Watson.

Selon la présidente du comité consultatif communautaire de la Fierté dans la capitale, Tammy Dopson, cette marque de soutien a aidé le festival à redonner confiance aux fournisseurs et aux commanditaires des années antérieurs.

D'après un reportage de Jérémie Bergeron

Plus d'articles

Commentaires