Retour

Le festival Merveilles de sable pourrait être encore déplacé l'an prochain

Les travaux de revitalisation du lac Beauchamp pourraient forcer le traditionnel festival Merveilles de sable à être encore déplacé l'an prochain. L'événement, qui bat son plein ce week-end à Gatineau, a exceptionnellement eu lieu cette année en pleine ville plutôt que sur une plage.

Sur le site du festival Merveilles de sable, des sculptures de sable se dressent sur plusieurs mètres et attirent le regard des curieux.

Mais un élément a changé cette année : le festival, qui se déroulait traditionnellement à la plage du lac Beauchamp, a été déplacé au croisement des rues Main et Saint-René. Cela a été forcé par les travaux que mènera la Municipalité pour sauver l'étendue d'eau, qui est « dans un processus de vieillissement accéléré par les activités et les aménagements actuels », a rappelé une porte-parole, Bianca Paquette.

En avril 2017, le conseil municipal de Gatineau avait adopté un plan d'action de 955 000 $ pour tenter de sauver le lac Beauchamp.

Les travaux étaient prévus pour l'été et l'automne 2018, mais certains volets pourraient finalement être reportés à l'été 2019, « car des études ont été ajoutées par le ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques », a indiqué Mme Paquette.

Le conseiller municipal du quartier, Jean-François LeBlanc, se dit optimiste que le lac soit rouvert au public à temps pour que le festival y ait lieu l'an prochain, mais il admet qu'il est « trop tôt pour répondre à cette question ».

« Personne ne peut avoir de garantie que les travaux vont être faits l'année prochaine. Il peut toutefois se passer quelque chose qui va empêcher [les travaux de suivre leur cours] », a déclaré M. LeBlanc

Un déménagement difficile pour les organisateurs

D'ailleurs, le déménagement ne s'est pas fait sans conséquence.

Le coordonnateur du festival, Jean-Christophe Régnier, explique que le déménagement de l'événement a posé de nombreux défis logistiques.

« On est habitué à travailler dans un parc qui est relativement fermé, alors que là on doit travailler dans les rues [...] donc au niveau du temps de montage, ça a été tout un défi », a-t-il expliqué.

L'organisateur espère que le festival puisse regagner le lac Beauchamp l'an prochain. « C'est certain que c'est toujours une préoccupation pour nous », a-t-il dit, ajoutant qu'il est optimiste.

Il a indiqué avoir reçu « une certaine assurance » de la part de la Ville de Gatineau que tout serait mis en oeuvre pour que les travaux soient réalisés à temps pour un retour au lac l'an prochain.

Plusieurs festivaliers rencontrés sur place jugeaient aussi que le parc du Lac-Beauchamp est plus propice à un tel événement. Mélanie Tremblay trouvait les sculptures « décontextualisées » en raison du nouvel environnement qu'elle a qualifié de « moins enchanteur ».

Pour sa part, Patrick Dubois se voulait compréhensif. Il a dit trouver important que la Ville déploie des énergies pour trouver une solution à long terme pour sauver le lac Beauchamp.

Parmi les travaux prévus, on compte le réaménagement complet d'un stationnement pour le rendre plus écologique ainsi que l'aménagement de quatre jardins de pluie et d'un sentier d'accès universel. Des végétaux seront plantés, du mobilier urbain installé et des zones de rétention d'eau ajoutées.

Avec les informations de Godefroy Chabi

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les 10 meilleures destinations vacances lorsqu'on est végane





Rabais de la semaine