Retour

Le FFO, autrefois une bête nocturne

Le Festival du film de l'Outaouais (FFO) célèbre ses 20 ans. Avant de devenir le rendez-vous printanier des amoureux du septième art, son véritable précurseur a pris la forme d'un rassemblement de noctambules : la Nuit des cinéphiles.

Le 3 avril 1998, le Cinéma 9 de Gatineau accueille un marathon de cinéma, pendant lequel sont projetés en rafale 23 films européens et québécois, pour un total de 28 heures de projection.

À la barre de ce rendez-vous culturel se trouve Didier Farré, déjà ambitieux de développer la vitalité du cinéma de répertoire en Outaouais.

La Nuit des cinéphiles se veut alors un tremplin de diffusion pour des films qui ont ensuite pu trouver leur place dans la programmation du Cinéma 9.

La réponse positive du public incite Didier Farré à renouveler l’expérience l’année suivante, mais en transformant la formule.

« On prépare un événement qui durera probablement sur une semaine avec des projections qui ne seront pas forcément la nuit, parce que je pense que de voir des films à cinq heures du matin ou à sept heures du matin, c’est peut-être un peu tard », expliquait Didier Farré en entrevue à Radio-Canada, après sa Nuit des cinéphiles.

Un an plus tard, le FFO prenait officiellement son envol, attirant pas moins de 9000 festivaliers au guichet.

Depuis 2015, la grand-messe du cinéma en Outaouais a ajouté « Le jour d’avant » à sa programmation, afin d’offrir une journée supplémentaire de projection. Cette année, pas moins de 11 longs métrages seront ainsi présentés aux amateurs, dès ce jeudi, à la veille de la grande première mondiale de La Bolduc, qui donnera le coup d'envoi officiel à cette 20e édition du festival, le 23 mars.

Plus d'articles