Retour

Le fleuve Saint-Laurent sous les projecteurs après la noyade d'immigrants

La mort de deux hommes qui tentaient de traverser le fleuve Saint-Laurent vers les États-Unis n'a pas étonné les résidents de la région de Cornwall. 

L'Agence de la protection des douanes et des frontières des États-Unis a confirmé qu'un homme du Québec aurait tenté de faire passer illégalement trois hommes aux États-Unis sur une motomarine. Cette dernière a chaviré mercredi matin près de l'extrémité est de l'île de Cornwall sur le territoire mohawk d'Akwesasne.

Deux hommes originaires de l'Inde se sont noyés, tandis qu'un autre migrant indien et le contrebandier accusés ont été secourus et incarcérés.

Selon les résidents du secteur, le voyage de l'Ontario à l'État de New York en bateau ne dure qu'une quinzaine de minutes, ce qui en fait une route bien connue pour les contrebandiers.

« Je vois beaucoup de policiers sur l'eau qui contrôlent des bateaux et vérifient les permis de conduire ainsi que leurs licences de pêche », a expliqué un résident de Cornwall, John Fisher.

Passages peu fréquents

De son côté, le conseiller municipal de Cornwall, Justin Towndale, raconte qu'il est plus fréquent de voir des produits tels que les cigarettes de contrebande passer la frontière, mais il ne dénombre généralement que deux cas de passage clandestins de personne par an.

« C'est une tragédie », se désole le conseiller. « Quand deux personnes perdent la vie, il faut prendre une pause et réfléchir à ce sujet. »

« Ce n'est pas une chose surprenante parce que nous sommes une communauté frontalière, poursuit le conseiller municipal. Le fleuve Saint-Laurent est une très courte traversée. Je dirais qu'il a été sur le radar au cours des dernières années, mais je ne crois pas que ce genre d'événement est régulier. »

Louie John McDonald a été accusé de négligence criminelle causant la mort, d'avoir omis de se conformer à une ordonnance de probation et de complot en vue d'apporter un étranger aux États-Unis, selon des documents judiciaires déposés à Cornwall.

De son côté, l'homme qui a été rescapé, Mayur Patel Girishkimar, doit faire face à trois chefs d'accusation de fausses déclarations en vertu de la Loi sur l'immigration et la protection des réfugiés. L'homme originaire de l'Inde n'est âgé que de 20 ans.

Les deux hommes devraient comparaître en cour la semaine prochaine. Pendant ce temps, l'enquête se poursuit.

D'après un texte de CBC

Plus d'articles

Commentaires