Retour

Le front commun de l'Outaouais obtient finalement une rencontre avec Philippe Couillard

Les membres du Front commun de l'Outaouais ont dû attendre près d'un an, mais ils ont enfin pu s'asseoir pour échanger avec le premier ministre du Québec, mercredi, à l'aéroport de Gatineau.

L'éducation a été au coeur de leurs discussions et Philippe Couillard en a profité pour promettre un statut particulier dans ce domaine en Outaouais, similaire à celui en place en santé.

« C'est une excellente nouvelle », lance d'emblée Maxime Pedneaud-Jobin, le maire de Gatineau. « Tout découle de ça, la région ne peut pas se développer si ses institutions d'enseignement ne se développent pas. On a un rattrapage à faire et on sent que le premier ministre y croit ».

Deux éléments clés seront mis de l'avant avec ce statut particulier.

Le premier est la faculté de médecine, en partenariat avec l'Université McGill, un projet qui avance bien, selon M. Couillard.

« Il y aurait 95 ou 96 médecins en formation à tous les niveaux ici. Pour l'avoir vu à Trois-Rivières et à Saguenay, ce genre de projet a un impact majeur sur les milieux », indique-t-il.

Des fonctionnaires du ministère de l'Éducation vont également venir dans la région, pour constater les réalités particulières à l'Outaouais et prioriser de nouveaux programmes, au niveau collégial et universitaire.

Le directeur général du Cégep de l'Outaouais, Frédéric Poulin, s'est dit rassuré par ces engagements, même si aucun échéancier n'a été établi pour le moment.

« Il n'y a pas eu de date, mais il a une entente tacite entre nous qu'il y aura un plan, avec des échéanciers, pour être capable de dire aux gens : ne désespérez pas, la lumière est au bout du tunnel », affirme M. Poulin.

Une rencontre surprise

La rencontre entre le Front commun et Philippe Couillard a été planifiée à la dernière minute, lors d'une visite éclair du premier ministre du Québec dans la région, dans le cadre de la conférence sur le climat Canada 2020.

Pas question de rater cette chance de discuter des enjeux régionaux : Antoine Normand, le président de la Chambre de commerce de Gatineau, est revenu expressément de France pour y assister.

« C'est certain qu'on aurait aimé avoir un délai un peu plus long, mais l'important c'était d'avoir cette rencontre-là. La documentation était prête et on est heureux que ça se soit passé aujourd'hui », mentionne M. Normand, membre du groupe qui s'est formé lors des dernières élections provinciales.

Le premier ministre a pour sa part expliqué que, pour des raisons de sécurité, il ne connaît pas son horaire à l'avance.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine