Les joueurs du Fury d'Ottawa assurent qu'il n'y a pas encore lieu d'appuyer sur le bouton panique après une 4e défaite en cinq rencontres depuis le début de la saison. Mais, après ce revers de 3-0, samedi, contre le FC Cincinnati, certains d'entre eux ont commencé à montrer des signes d'impatience à l'entraînement lundi matin.

Un texte de Jonathan Jobin

L'attaquant Steevan Dos Santos a notamment frappé violemment le poteau des buts d'un coup de pied, après avoir perdu un exercice en fin de séance. « C'est vrai que la situation n'est pas très bien pour nous en ce moment, c'est difficile. Mais, on a toujours confiance en notre style et en nous », dit le défenseur Sergio Manesio, qui a joué un bon match samedi.

Si certains joueurs du Fury réagissent ainsi, c'est qu'ils veulent retrouver le chemin de la victoire le plus vite possible, ce qui n'est pas une mauvaise chose en soi. « Il faut être à la même page et arrêter d'avoir des laps de deux buts rapides. Il faut arrêter d'avoir des manques de concentration comme ça. C'est arrivé trop souvent cette saison », mentionne le gardien Maxime Crépeau.

Le Québécois a donné deux buts rapides, à la 68e et à la 69e minute, contre le FC Cincinnati. Le premier but de l'adversaire, une frappe chirurgicale de Kenney Walker, de plusieurs dizaines de mètres, fait déjà les buts de la semaine un peu partout.

Toutefois, le gardien n'a reçu aucune aide de son attaque encore une fois. « On est allé chercher des actions, mais on ne les concrétise pas. C'est la qualité de nos frappes aussi. Il faut des tirs de qualité de 9 à 15 mètres du but, on n’en a pas beaucoup. Il faut mettre le ballon sur le cadre et faire travailler le gardien pour créer quelque chose. »

Le Fury n'a marqué que deux buts depuis le début de la saison et un seul lors des quatre derniers matchs.

Un match pour les écoles

Le Fury n'a pas trop de temps pour s'apitoyer sur son sort. L'équipe recevra le Red Bull II de New York, mercredi matin.

Ce match sera présenté devant des milliers de jeunes écoliers. « C'est un peu différent parce qu'on est habitué à jouer en après-midi ou le soir. Mais, quand on est professionnels, on doit s'adapter, il faut juste faire notre travail », souligne Sergio Manesio, ajoutant que l'accent sera mis sur le résultat. « La seule chose qui est dans notre tête, c'est de gagner le match. On ne regarde pas à quelle heure on joue. »

Cet horaire vient quand même un peu modifier la routine des joueurs qui ne jouent que rarement avant midi.

Le gardien Maxime Crépeau croit toutefois que ses coéquipiers pourront facilement s'adapter et qu'ils auront du plaisir devant cette foule spéciale. « Je pense que ça va être plaisant. J'ai déjà joué un match dans le même genre. C'était le FC Montréal contre FC Toronto II et l'atmosphère était vraiment bien. Ce sont des enfants alors ils vont sûrement crier pour un rien, mais ça fait partie du jeu », ajoute Crépeau.

Le Red Bull II a marqué en moyenne deux buts par match cette saison. Il n'a subi qu'un seul revers en sept rencontres.

Par ailleurs, le défenseur central Doneil Henry, récemment prêté par les Whitecaps de Vancouver, pourrait obtenir un premier départ avec Ottawa.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Bataille entre un criquet et une guêpe: qui gagnera?





Rabais de la semaine