Retour

Le Fury d'Ottawa ne prend pas l'AS Blainville à la légère

Le Fury d'Ottawa peaufine sa préparation en vue de son affrontement du Championnat canadien contre l'AS Blainville, mercredi soir. Pour la première fois de l'histoire, une équipe semi-professionnelle, celle de Blainville, fera face à une équipe professionnelle dans cette importante compétition nationale.

Un texte de Jonathan Jobin

L'AS Blainville a gagné le droit d'affronter le Fury en vertu d'une victoire contre les Blue Devils d'Oakville, la semaine dernière.

« C'est un grand match pour le soccer canadien et pour cette équipe », mentionne le capitaine du Fury, Carl Haworth. « Plusieurs d'entre eux ont eu de belles carrières et se retrouvent à ce niveau pour différentes raisons. Il ne faut pas les sous-estimer parce qu'ils ont une bonne équipe », ajoute Haworth.

Dès le début de la saison, le Fury avait identifié le Championnat canadien comme sa compétition la plus importante de l'année.

L'équipe de la United Soccer League (USL) n'a rien laissé au hasard pour cette rencontre. Des membres du personnel de la formation et l'entraîneur Nikola Popovic ont assisté à au moins une rencontre de l'AS Blainville contre Oakville. Ils ont aussi analysé les deux matchs sur vidéo.

J'ai vu une équipe très bien organisée et qui a de grandes qualités. Ils aiment jouer au soccer, ils sont forts physiquement et mettent beaucoup de pression très haut sur l'adversaire en plus de défendre en bloc très compact, analyse Popovic.

L'entraîneur du Fury croit que plusieurs joueurs de Blainville n'ont rien à envier aux professionnels et il s'attend à un match extrêmement difficile au Centre sportif Bois-de-Boulogne de Laval.

C'est la frustration de plusieurs joueurs au Canada. Mais, nous savons qu'ils forment une très bonne équipe et que le match sera difficile, poursuit l'entraîneur.

Le Fury affrontera Blainville dans une éreintante séquence de 4 matchs en 11 jours, tous sur la route de surcroît. En plus de devoir se déplacer de la Caroline à Atlanta, la fin de semaine dernière, les joueurs d'Ottawa n'ont joué qu'une demie, samedi, dans un match retardé pendant trois heures, puis annulé, face au Atlanta United II.

Le Fury reconnaît qu'il devra notamment miser sur la forme physique pour remporter ce match. Les joueurs d'Ottawa jouent au soccer à temps plein et sont donc théoriquement en meilleure condition physique que leurs adversaires.

Un match contre des amis pour les joueurs québécois

Pour plusieurs membres du Fury, cette rencontre sera comme un match contre des membres de leurs familles. Certains joueurs de l'équipe ont grandi dans le soccer avec certains joueurs de l'AS Blainville et Pierre-Rudolph Mayard était de l'édition originale du Fury en 2014.

C'est super qu'une équipe de la PLSQ ait gagné ce match-là, dit le défenseur Maxim Tissot qui connaît plusieurs joueurs de Blainville.

J'ai joué avec plusieurs d'entre eux quand j'étais plus jeune. Ce sera plaisant de revoir de vieux visages connus, mais ce sera aussi tout un défi. C'est le match d'une vie pour eux. On le voit à la Coupe du monde, il y a plusieurs surprises. Il faut arriver concentré à 100 % et batailler pendant 90 minutes, ajoute l'ancien joueur de l'Impact.

Même si l'objectif est la victoire à tout prix, le défenseur Thomas Meilleur-Giguère souhaite un duel serré.Le soccer continue de pousser au pays. Ce match est important. Si on a une bonne opposition, ça prouvera aussi au soccer canadien que le soccer québécois a une grande place, mentionne le joueur originaire de la région de Montréal.

Meilleur-Giguère aura un peu l'impression d'affronter un frère sur le terrain mercredi. Julien Beauséjour-Savard, de l'AS Blainville, est un bon ami et il s'est entraîné à plusieurs reprises avec lui durant l'hiver.

Je lui ai parlé récemment et les joueurs de Blainville sont fébriles. Il n'y aura pas de plaisanterie sur le terrain pendant le match, mais on se parlera sûrement après, rigole le numéro 26, qui a joué les huit derniers matchs de son équipe.

C'est un retour aux sources pour les joueurs québécois, poursuit le gardien Maxime Crépeau qui met l'accent sur le sérieux de l'affrontement.

La pression est un peu sur nous parce qu'on s'attend à ce qu'on gagne, mais sur 90 minutes et un duel de deux matchs, tout peut arriver. Ils ont tout à gagner, absolument rien à perdre. Ils vont arriver préparés et ce n'est pas un match comme les autres parce que ce sera la plus grande scène dans laquelle ils vont jouer », conclut Crépeau avec son franc-parler habituel.

Le match aller aura lieu mercredi soir à Laval alors que le Fury recevra l'AS .Blainville pour le match retour à la Place TD d'Ottawa le 27 juin prochain.

Plus d'articles