Retour

Le Fury échappe le premier match de demi-finale du Championnat canadien

Parfois, David réussit à battre Goliath. Mais la plupart du temps, la logique est respectée, sans quoi Goliath n'aurait pas une aussi bonne réputation. C'est ce qui s'est passé mercredi soir, à Ottawa, dans une victoire de 1-0 du Toronto FC contre le Fury.

Un texte de Kim Vallière

Le Toronto FC a envoyé son équipe B pour la rencontre. Sebastian Giovinco et Michael Bradley sont restés à la maison, tandis que le gardien canadien Clint Irwin a obtenu l’un de ses rares départs de la saison. Le onze torontois a même choisi d’utiliser un joueur de son club-école Malik Johnson dans sa formation partante.

L’Ontarien Jonathan Osario a pris sa place régulière au milieu du terrain pour le Toronto FC. Il a rapidement démontré pourquoi il est le meilleur marqueur du club cette saison avec six buts en MLS.

Il a envoyé un ballon vers la gauche de Maxime Crépeau à la cinquième minute de jeu. Le gardien du Fury, généralement solide, a semblé déstabilisé par la frappe.

« Le défenseur m’a caché la vue, ce n’est pas de sa faute, il ne fait que son travail. Mais au final, je vois le ballon un peu plus tard et j’essaie de réagir, mais ça fait partie du sport et c’est ça qui arrive », a mentionné le Québécois après la rencontre.

Il se console en pensant au match retour de cette demi-finale du Championnat canadien, qui sera disputé mercredi prochain, à Toronto.

« J’ai appris qu’on peut les battre, littéralement, tout est là. On sait très bien que ce n’était pas leurs partants et qu’il y a beaucoup d’armes qu’ils n’ont pas utilisées ce soir, mais on leur a mis de la pression, ils ont dégagé souvent », a expliqué Crépeau.

Le Fury a menacé autour du filet du Toronto FC à quelques reprises, sans pouvoir concrétiser les chances de marquer.

À la 36e minute, Kévin Oliveira a dirigé une frappe vers la surface de réparation, mais le ballon a raté la tête du défenseur Thomas Meilleur-Giguère de quelques centimètres à peine.

Oliveira, encore lui, a réussi le premier tir cadré du Fury à la 54e minute, mais s’est fait frustrer par Irwin.

Ottawa a bourdonné dans la zone torontoise en fin de rencontre, avec deux coups de pied de coin et une tentative menaçante de Steevan Dos Santos, mais le gardien du TFC a fermé la porte à chaque fois.

« Le match était très serré », a mentionné d’entrée de jeu l’entraîneur du Fury, Nikola Popovic. « Permettez-mois de rêver que c’est possible d’aller là-bas et de marquer un but. »

L’équipe qui aura cumulé le plus grand nombre de buts après le duel aller-retour affrontera le gagnant de l’autre demi-finale du Championnat canadien entre l’Impact de Montréal et les Whitecaps de Vancouver.

Un match fumant... littéralement

La rencontre à la Place TD a été interrompue pendant quelques minutes en deuxième demie après qu’une fusée éclairante ait été lancée sur le terrain par les partisans du Toronto FC qui ont fait le voyage dans la capitale pour la rencontre.

Une détonation provoquée par un feu d’artifice s’est faite entendre et un feu s’est déclaré dans la section des ultras, ce qui a provoqué de la commotion, auprès des 6057 spectateurs présents et des joueurs sur le terrain.

« Pas question de se servir de ça comme excuse », a lancé Popovic. « Nous nous sommes rendu compte de ce qui se passait dans les estrades, mais nous ne blâmons personne d’autre que nous pour la défaite. »

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards