Retour

Le Gatinois Mark Holst vers un duel de boxe thaïlandaise en France

Un combattant d'arts martiaux mixtes de Gatineau s'est envolé pour Paris, mercredi, où il participera à un important gala de boxe thaïlandaise. Mark Holst, qui est le premier athlète de la région à avoir combattu dans l'organisation UFC (Ultimate Fighting Championship), se concentre maintenant sur le « Muay Thaï ».

Samedi, il affrontera Sarin Preap, un spécialiste de boxe khmère dans les moins de 165 livres, au gala Best of Siam. Il s'agit d'un duel très important pour lui.

« Mon dernier combat, malheureusement, j'ai perdu par décision partagée. J'essaie de revenir dans la colonne de gagnants. »
Mark Holst, athlète

« J'ai mis beaucoup de temps à m'entraîner, alors j'ai très hâte d'avoir du fun, mais aussi d'avoir ma main levée à la fin de la soirée », lance l'athlète.

En plus d'enseigner les arts martiaux dans une école d'Ottawa, Mark Holst passe de nombreuses heures par semaine à s'entraîner en vue de son prochain combat. Il en connaît peu sur son adversaire, si ce n'est qu'il devra se méfier du fait qu'il est ambidextre.

« Il n'est pas aussi grand que moi et je sais [...] qu'il change beaucoup de stand, gaucher et droitier. Je m'attends beaucoup à ça », explique-t-il.

Son entraîneur Jeff Harrison est heureux que son protégé soit revenu plus sérieusement à la pratique de la boxe thaïlandaise.

« Son retour au Muay Thaï, c'est une bonne décision, parce qu'il peut concentrer son énergie sur une chose et pratiquer un sport pour lequel il excelle [trad. libre] » explique M. Harrison, qui est convaincu que Holst a toutes les chances de l'emporter.

L'ancien combattant du UFC ne pourra toutefois pas contrôler la foule qui, à Paris, sera assurément contre lui. « On combat fort. Que les spectateurs soient pour moi ou contre moi, ça ne me dérange pas », précise le principal intéressé.

S'il remporte son combat, Mark Holst pourrait bien faire un retour en arts martiaux mixtes en janvier, avec la nouvelle organisation québécoise TKO.

Après avoir combattu et perdu deux fois lors d'un gala UFC, il aimerait bien un jour retourner dans les ligues majeures des arts martiaux mixtes, sans toutefois en faire son but ultime.

« Ce serait super s'ils m'appellent : "On a besoin d'un remplaçant" », souligne l'athlète, qui ne refuserait pas une telle offre.

D'après le reportage de Jonathan Jobin

Plus d'articles