Retour

Le génocide rwandais commémoré avec douleur à Ottawa

L'hymne rwandais a résonné au pied du parlement à Ottawa samedi matin, 24 ans après le génocide qui a fait près d'un million de morts dans ce pays d'Afrique de l'Est. Une centaine de personnes s'y sont réunies pour honorer la mémoire de leurs proches assassinés et pour éviter que d'autres drames se produisent.

La douleur est encore vive chez les survivants. Cette commémoration est un moyen d'y faire face.

« Mon père a été tué dans la nuit du 6 au 7 avril. Je dirais que la nuit dernière n'était pas facile, mais on vit. On survit. On veut vivre », a dit Christine Kayirangwa, secrétaire générale de l'Association Humura pour les rescapés du génocide rwandais dans la capitale nationale.

De nombreuses victimes, certaines Tutsies et d'autres Hutues, ont été nommées, afin qu'elles ne soient pas oubliées. Une minute de silence a ensuite été observée.

Beaucoup de participants ont souligné l'importance du souvenir pour éviter d'autres dérives.

Le député de Hull-Aylmer, Greg Fergus, a dressé un parallèle avec le sort actuel de la minorité musulmane rohingya du Myanmar, que la communauté internationale hésite encore à qualifier de génocide.

« Je ne veux pas me retrouver dans la même situation que 1994. C'est important que le Canada déclare cela comme un génocide », a estimé M. Fergus.

Beaucoup de gens avaient tenu à se déplacer en famille pour sensibiliser les plus jeunes.

« Nous emmenons nos enfants pour qu'ils comprennent ce qu'il s'est passé dans la famille de leurs parents et grands-parents », a souligné Didier Kayumba.

Ces derniers pourront par la suite transmettre ce devoir de mémoire à leurs propres enfants, afin que la tragédie ne soit jamais oubliée.

Avec les informations de Florence Ngué-No

Plus d'articles