Retour

« Le gouvernement n'oublie pas les sinistrés » - Martin Coiteux

Le gouvernement québécois a assuré lundi qu'il poursuivait son action d'aide aux sinistrés des inondations printanières, alors que bon nombre d'entre eux ont dénoncé la semaine dernière la lenteur de Québec.

« Même si le niveau des crues a grandement diminué dans les régions inondées, le gouvernement n'oublie pas les sinistrés. Nous poursuivons nos actions afin de les accompagner dans la phase de rétablissement et de reconstruction », a déclaré le ministre québécois de la Sécurité publique, Martin Coiteux, lors d'une conférence de presse donnée avec son homologue au fédéral, Ralph Goodale.

La ministre québécoise de la Justice et députée de Gatineau, Stéphanie Vallée, ainsi que le ministre canadien de la Défense nationale, Harjit Singh Sajjan, étaient également présents.

Durant la conférence de presse, le ministre Coiteux a assuré que le gouvernement québécois entendait aider les sinistrés avec un programme d'aide financière spécialement destiné à ces inondations. Le gouvernement leur proposera aussi des mesures d'allègement : annulation d'intérêts ou de pénalité pour les impôts provinciaux, règles de facturation d'Hydro-Québec et obligations pécuniaires ou administratives par la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST).

À ce jour, 13 581 663 $ ont été versés par l'intermédiaire du programme d'aide financière.

Québec met aussi en place un crédit d'impôt remboursable pour la remise en état des résidences secondaires endommagées.

Le gouvernement propose également de l'aide relative à la coordination, au soutien social et à l'environnement.

Un fonds fédéral de 2 milliards de dollars

Le ministre Ralph Goodale a annoncé « un fonds d'au moins 2 milliards de dollars investis dans les infrastructures physiques qui contribuerait à rendre le pays plus résistant aux conséquences du changement climatique ».

Critiqué sur l'intervention tardive des Forces canadiennes, le ministre Coiteux s'est défendu : « Le moment où on a fait appel aux forces armées est le moment où on devait faire appel aux forces armées. La météorologie, ce n’est pas une science exacte. »

Québec a par ailleurs confirmé le retrait des Forces canadiennes, présentes dans la région depuis le 6 mai. Le ministre de la Sécurité publique a profité de la conférence de presse afin de remercier son homologue fédéral, Ralph Goodale, pour sa « réponse immédiate » lorsque l'armée a été sollicitée.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine