Retour

Le jeune Vincent Milot-Ouellet veut saisir sa chance avec les Olympiques de Gatineau

Quand il s'est présenté au camp des Olympiques de Gatineau, en août dernier, Vincent Milot-Ouellet n'était même pas certain d'obtenir un poste avec l'équipe. Il est maintenant en bonne voie de se tailler une place dans les premiers trios de Benoît Groulx.

Un texte de Jonathan Jobin

Choix tardif de douzième ronde, le jeune homme de 16 ans représentait davantage un projet après avoir récolté 27 points en 42 matchs de saison régulièr,e avec les Estacades de Trois-Rivières, et avoir explosé en séries avec une récolte de 13 points en 10 matchs.

Depuis deux rencontres, le jeune homme originaire de la Mauricie vit un rêve, alors qu'il forme un des deux premiers trios des Olympiques avec Yan-Pavel Laplante et Vitalii Abramov.

« Si on m'avait dit que j'aurais la chance de jouer avec ces deux joueurs si rapidement, je ne l'aurais pas cru », souligne celui qui a récolté deux passes depuis qu'il a changé de trio.

L'attaquant veut saisir la chance qui lui est offerte de jouer avec deux joueurs de qualité.

« J'ai une grosse chance, mais il faut que j'en profite pour ne pas la perdre. À chaque pratique et à chaque match, je travaille le plus fort que je peux. Je dois être fiable défensivement, respecter la structure de l'équipe et me donner à fond, c'est ça que Benoît aime », poursuit Milot-Ouellet.

D'ailleurs, l'entraîneur le confirme : il apprécie le jeu de sa recrue depuis le début de l'année.

Son compagnon de trio Vitalii Abramov est parmi les meilleurs compteurs du circuit depuis le début de la saison, avec 16 points en neuf rencontres.

Le Russe ne tarit pas d'éloges à propos du jeu de son coéquipier. « C'est un bon joueur malgré son jeune âge. Il joue dur et il nous aide à mieux jouer. Vincent participe bien à l'échec avant et il est fiable en zone défensive », soutient le numéro 11.

Vincent Milot-Ouellet est aussi admiratif envers ses coéquipiers. « Voir Vitalii sur la glace, c'est magique. Il travaille fort. Il est tout petit, mais il va dans les coins. Laplante c'est un 20 ans. Chaque match, il se présente et se donne. J'essaie d'apprendre de ça aussi », s'enflamme le petit attaquant de moins de 1 m 80 (5 pieds 9).

Les trois joueurs voudront pousser leur chimie un peu plus loin samedi, lors du prochain match contre l'Océanic de Rimouski.

Plus d'articles

Commentaires