Retour

Le maire de Gatineau refuse de céder aux menaces de départ des Olympiques

Le maire de Gatineau n'en démord pas : il n'est pas question que les contribuables assument seuls un nouvel aréna pour les Olympiques de Gatineau. Cette prise de position tient lieu de réponse à l'équipe de hockey junior, qui menace de quitter Gatineau si elle n'obtient pas gain de cause dans ce dossier.

Le président des Olympiques de Gatineau, Alain Sear, a confirmé à Radio-Canada que l'organisation souhaite la construction d'un complexe multiglaces, dont l'une des patinoires accueillerait jusqu'à 5000 sièges et servirait lors matchs de l'organisation.

Les Olympiques agiraient en tant que partenaires-locataires dans ce projet, dont le budget ne dépasserait pas 50 millions de dollars.

Le montage financier reposerait sur une participation de la Ville de Gatineau à hauteur de 50 % du budget, le reste étant couvert par les fonds promis par Québec pour le défunt centre multifonctionnel.

Advenant que la Ville refuse une telle entente, l'organisation des Olympiques de Gatineau menace carrément de quitter la ville.

Un bras de fer qui s'annonce

Selon le maire de Gatineau, il n'y a aucune chance que la Ville et Québec paient à eux seuls la facture pour un nouvel aréna.

« Nous on croit aux olympiques et on le démontre, et ce que je veux, c'est que les olympiques montrent qu'ils croient en eux-mêmes. Parce que la question qui se pose est pourquoi, eux, ils n'investissent pas? Est-ce qu'eux veulent relancer les olympiques? », s'interroge Maxime Pedneaud-Jobin.

Il se dit très ouvert à d'autres options, tel qu'un partenariat publicitaire ou de la location de temps de glace en échange de 1,2 million de dollars par année. Il ne ferme pas non plus la porte à une participation financière de la Municipalité pour construire un complexe sportif où les Olympiques pourraient évoluer, à la condition qu'un partenaire privé investisse dans le projet.

« Nous, on ne veut pas qu'ils partent, c'est pour ça qu'on met de l'argent sur la table, qu'on ouvre assez large à toutes sortes de partenariats. C'est à eux de faire leur preuve », indique M. Pedneaud-Jobin.

La Ville indique qu'elle attend toujours une proposition officielle de la part des Olympiques de Gatineau, avant de prendre une décision.

D'après un reportage de Marie-Eve Tremblay

Plus d'articles

Commentaires