Retour

Le maire de Gatineau satisfait du travail accompli lors des six derniers mois

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, a présenté vendredi avant-midi son bilan des six derniers mois de l'année au conseil municipal. Au chapitre des éléments importants : les inondations, la loi sur l'autonomie des villes et le dossier Guertin.

C'est un maire visiblement satisfait du travail accompli qui s'est présenté devant les journalistes pour un dernier point de presse avant le début de la pause estivale et... de la campagne électorale.

Maxime Pedneaud-Jobin n'a pas trop voulu s'avancer sur les élections municipales qui auront lieu en novembre. Au cours de la conférence de presse, il a reporté à plusieurs reprises à l'automne les réponses aux questions portant sur ce sujet.

Il a toutefois laissé entendre que son équipe, Action Gatineau, a réussi à respecter le programme financier présenté lors de la dernière campagne électorale, malgré quelques embûches. Le maire estime que si Action Gatineau avait réussi à élire plus de candidats, davantage de projets auraient été menés à terme.

« Le premier budget a été ce qu'on appelle un budget de transition », a-t-il donné en guise d'explication. « Le premier vrai budget de la nouvelle administration était le deuxième, parce qu'on a fait un lac-à-l'épaule, parce qu'on a essayé de convaincre le reste du conseil d'adopter notre programme, on a négocié sur des délais. »

« Si, [aux prochaines élections ], on a une vraie équipe élue qui dit : " nous autres, on arrive avec notre programme et notre cadre financier ", c'est le premier budget qui sera notre vrai premier budget », a-t-il résumé.

Inondations du printemps

Les crues printanières ont mobilisé la majorité de l'attention du conseil municipal, au début de la session, à un point tel que l'ordre du jour des différents comités a complètement été bouleversé.

« Vous avez vu le genre de conseil qu'on a eu le 5 juillet. On a eu je ne sais plus combien de présentations cette journée-là. On a siégé de 9 h le matin à 22 h le soir », a rappelé le maire. « On essaie de faire tout ce qu'on s'était engagé de faire, mais [le dossier inondation] a complètement bouleversé nos horaires. »

Les effets se font surtout sentir sur les opérations quotidiennes. Le maire remarque beaucoup de retard dans les activités telles que le marquage de rue, la réparation des nids de poule, etc.

« Les Bleus ont été très occupés. On a repris une partie du retard. À l'urbanisme, il y a beaucoup de projets que l'on essaie de prioriser, mais il y a des projets qui vont être traités plus lentement que d'autres », a-t-il averti.

Le conseiller municipal de Touraine, Denis Tassé, se fait très critique de la gestion de la crise par le maire Pedneaud-Jobin. Il dénonce entre autres le manque de ressources durant la crue printanière ainsi que l'implication de l'armée qui, selon lui, aurait pu intervenir plus tôt.

« Pour l’avenir, il faudra un plan de gestion, parce que ça va revenir un jour. Nous sommes capables d’aller sur la Lune, pourquoi ne sommes-nous pas capables d’arrêter l’eau? », s'interroge M. Tassé.

Négociations serrées

Le « dossier inondations » est loin d'être fini. Le maire attend toujours des nouvelles de Québec à propos du fameux décret concernant les zones inondables. À ce chapitre, les négociations demeurent ardues, a-t-il admis.

« Je continue de défendre l'idée que ce qui est sur la table n'est pas une solution durable du point de vue d'un quartier. Nos fonctionnaires et moi, on continue les échanges assez intensément », a-t-il expliqué.

« Moi, s'il faut que j'empiète sur mes vacances qui théoriquement commencent ce soir, je vais rester disponible pour ça. »

Autonomie des villes

Un autre dossier qui a retenu l'attention du maire au cours des six derniers mois est la Loi sur l'autonomie des villes.

En février, le maire s'était rendu à Québec pour défendre le projet devant la Commission parlementaire de l'aménagement du territoire. Le maire estimait que les villes seraient plus autonomes en matière de la reddition de comptes et d'allègements de la réglementation, grâce au projet de loi 122.

Le projet de loi a été adopté en juin, au grand plaisir du maire Pedneaud-Jobin, qui croit toujours que la nouvelle loi est un « pas de géant » pour toutes les villes du Québec.

« La Loi sur l'autonomie des villes, il y a des pas en avant à court terme, mais c'est aussi un changement important pour l'avenir », a-t-il déclaré.

Projet de loi sur Guertin

L'un des projets phares de la dernière session et l'une des belles réussites de l'administration gatinoise est le dossier Guertin, selon Maxime Pedneaud-Jobin.

Gatineau a eu recours à un projet de loi privé pour mener de l'avant son projet d'aréna de 104 millions, comprenant 4000 places et trois glaces communautaires.

« Beaucoup de gens pensaient que ce n'était pas possible, mais nous l'avons fait », a rappelé le maire. « C'est la première fois dans l'histoire de la ville qu'il y avait un projet comme ça pour un projet - j'en suis convaincu - qui est excellent pour le hockey, le contribuable et le citoyen. »

Denis Tassé n'est pas du même avis. « Je considère que quand on est obligé d’aller à Québec pour demander un projet de loi privé pour faire passer un projet, il y a un problème en partant », croit-il.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine