Retour

Le match des étoiles pour atteindre de nouveaux sommets

Les meilleurs joueurs de la Ligue Can-Am et de l'Association américaine s'étaient donné rendez-vous à Ottawa pour le match des étoiles. Un match qui a fait courir les amateurs de baseball et attiré son lot de dépisteurs des ligues majeures.

Un texte de Kim Vallière

Les étoiles de la Ligue Can-Am l’ont emporté 3-2 dans un duel dominé par les lanceurs, qui se sont succédé au monticule. 4961 spectateurs se sont présentés au parc RCGT pour le premier match des étoiles de baseball de l’histoire de la capitale fédérale.

Philippe Aumont a amorcé la rencontre au monticule. Le lanceur gatinois a été accueilli chaleureusement lorsqu’il s’est dirigé vers la butte. Il n’aura fait que passer, en ne lançant que 14 fois vers le marbre.

La soirée de travail du membre des Champions d’Ottawa s’est terminée après avoir retiré deux frappeurs sur des prises. Seule ombre au tableau : il a accordé un simple au champ centre à Kevin Keyes.

« Je l’ai affronté souvent au niveau AAA. J’avais pas mal toujours eu le dessus sur lui, donc il peut avoir ce coup sûr », a expliqué Aumont en souriant, après sa manche de travail.

Le favori local pouvait compter sur une vingtaine de personnes dans les estrades pour l’encourager. Une situation qui a fait toute la différence pour l’ancien lanceur des majeures depuis qu’il a décidé de sortir de la retraite pour se joindre aux Champions.

« C’est agréable de pouvoir partager cette expérience avec ma famille et mes amis, plutôt que de le faire au téléphone, tout seul dans son appartement », a indiqué l’ancien lanceur des Phillies de Philadelphie.

Aumont n’a pas caché qu’il aimerait effectuer un retour dans les rangs professionnels. Au moins quatre dépisteurs des équipes du baseball majeur étaient présents à Ottawa pour le match des étoiles. Les Twins du Minnesota, les Diamondbacks de l’Arizona et les Nationals de Washington étaient représentés.

« Ça ne m’affecte pas. C’est important parce que ce sont ceux qui peuvent te donner du boulot éventuellement. Mais je ne me prépare plus pour eux. Ces jours-là sont derrière moi », a avoué l’athlète de 28 ans.

Même son de cloche pour le lanceur partant de l’Association américaine, Mark Hamburger. Le membre des Saints de Saint Paul a lancé cinq matchs avec les Rangers du Texas en 2011. Celui qui voyage avec sa planche à roulettes pour visiter les villes où il joue préfère vivre dans l’instant présent.

« Je savais qu’il y avait des dépisteurs dans les estrades. Mais si j’ai le choix entre faire plaisir aux dépisteurs ou à la foule, je choisis la foule », a mentionné le lanceur aux longs cheveux blonds, qui a concédé un point sur un simple, en plus de retirer deux frappeurs au bâton.

Cinq joueurs des Champions plutôt que quatre

Quatre joueurs des Champions avaient été sélectionnés au sein de l’équipe d’étoiles de la Ligue Can-Am. En plus d’Aumont, le lanceur Daniel Cordero, le receveur Danny Grauer et le voltigeur Sébastien Boucher allaient représenter leur club devant leurs partisans.

Un cinquième joueur d’Ottawa s’est toutefois ajouté à la dernière minute… à l’équipe de l’Association américaine. Deux joueurs des Saltdogs de Lincoln n’ont pas pu entrer au Canada en raison d’un problème de visa. Daniel Bick a donc été appelé en renfort à l’arrêt-court pour affronter ses propres coéquipiers.

« J’ai reçu un message texte pendant que j’étais en chemin pour aller bruncher ce matin. Lorsque je me suis présenté au terrain à 16 h (HAE), je ne savais pas pour quelle équipe j’allais jouer », a raconté Bick, qui avoue avoir été déstabilisé de se retrouver dans le vestiaire des visiteurs, dans son propre stade.

Ses coéquipiers ont tenté de le déconcentrer lorsqu’il a sauté sur le terrain et le joueur d’avant-champ a entendu les murmures de la foule confuse lorsque sa présence a été annoncée.

Cordero lui s’est amené au monticule en cinquième manche, avec les étoiles de la Ligue Can-Am en avance 3-1. L’artilleur des Champions s’est débarrassé des deux premiers frappeurs en les retirant sur des prises. Il a accordé un simple au champ droit avant de forcer un roulant à l’avant-champ pour obtenir le dernier retrait de la manche.

Boucher, de Gatineau, pouvait aussi compter sur un grand nombre de partisans dans les estrades. Le joueur, aussi entraîneur des frappeurs avec les Champions, n’a toutefois pas connu une grande soirée au bâton.

Il s’est fait retirer sur des prises à ses trois premières présences au marbre. Un faible roulant à l’avant-champ, à Bick plus précisément, a mené à son quatrième retrait.

« J’essayais de retenir un sourire. Nous nous sommes regardés en riant après », a expliqué Bick, après la rencontre.

Plus d'articles

Commentaires