Retour

Le milieu culturel de la région encore hanté par les attentats de Paris

Un an jour pour jour après les attentats de Paris, qui ont fait 130 morts et plus de 400 blessés, dont la majorité à la salle de spectacles Le Bataclan, le milieu des arts et de la scène de la région partage la tristesse et la colère des Français.

L'auteur-compositeur et interprète québécois Thomas Hellman, dont la mère est Française, était récemment en France pour participer à un événement culturel. De passage dans nos studios, il dit avoir trouvé que la France avait beaucoup changé depuis un an.

Des sentiments comme la peur, l'inquiétude, la tension et la fébrilité sont dorénavant bien présents, bien que les Français paraissent déterminés à surmonter le choc.

Il parle même de tristesse, mais reconnaît la volonté des Français de surmonter le choc.

Toutefois, les démons du Bataclan continuent de hanter le milieu du spectacle depuis les événements de l'automne dernier.

La directrice générale de l'Association des professionnels de la chanson et de la musique, Nathalie Bernardin, parle d'une augmentation de la nervosité chez les artistes.

Mais le sentiment de révolte et de ne pas céder est toujours présent et entraîne, selon elle, un élan de solidarité du milieu artistique canadien envers les Français.

En entrevue à l'émission Les coulisses du pouvoir, l'ambassadeur de France au Canada, Nicolas Chapuis, a admis que le sentiment d'insécurité est palpable chez ses concitoyens. Le thème de la sécurité est d'ailleurs bien présent lors de la campagne électorale actuelle.

Le Bataclan a officiellement rouvert ses portes samedi. L'artiste britannique Sting y a offert le premier spectacle depuis les tristes événements d'il y a un an.

Avec les informations de Godefroy Macaire Chabi

Plus d'articles