Retour

Le ministre ontarien Michael Chan poursuit le Globe and Mail

Le ministre ontarien, Michael Chan, veut rétablir sa réputation. Il entame une poursuite en diffamation contre le quotidien le Globe and Mail pour la publication d'une série d'articles à son sujet.

Ces articles publiés entre le 16 et le 27 juin alléguaient que des agents du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) avaient avisé le gouvernement ontarien des liens de proximité que le ministre aurait entretenus avec de hauts responsables chinois.

Le ministre des Affaires civiques, de l'Immigration et du Commerce international de l'Ontario réfute ces allégations, affirmant dans un communiqué que c'est plutôt le gouvernement ontarien qui avait contacté le SCRS en 2010 pour obtenir des renseignements à ce sujet.

Toute cette histoire découle de propos tenus en juin 2010 par un ex-directeur du SCRS dans une entrevue à la CBC. Celui-ci affirmait alors, sans les nommer, que certains politiciens de l'Ontario et de la Colombie-Britannique étaient sous l'influence d'un gouvernement étranger à leur insu.

Après la publication du premier article en juin dans le Globe and Mail, la première ministre de l'Ontario, Kathleen Wynne, avait soutenu son ministre en affirmant que ces allégations étaient sans fondement.

Le mois dernier, Michael Chan avait envoyé un avis de diffamation au Globe and Mail qui avait refusé de se rétracter et d'offrir ses excuses. Dans la poursuite intentée cette semaine, le ministre réclame 4,5 millions de dollars au quotidien et à ses responsables. Il promet de remettre cet argent à un organisme de charité si la cour lui donne raison.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une tempête de neige au Colorado rend la conduite difficile





Rabais de la semaine