Retour

Le NPD veut que l'entente commerciale entre le Québec et l'Ontario soit rendue publique

Au lendemain d'une entente commerciale majeure entre le Québec et Queen's Park, le Nouveau Parti démocratique (NPD) de l'Ontario affirme qu'il compte demander au gouvernement libéral de la rendre publique.

Un texte de Fanny Samson

L'Ontario achètera pendant sept ans des surplus d'électricité d'Hydro-Québec, mais le tarif n'a pas été dévoilé, l'entente incluant une clause de confidentialité.

En marge d'une manifestation contre la privatisation d'Hydro One samedi à Sudbury, la députée néo-démocrate de Nickel Belt, France Gélinas, a affirmé qu'elle veut pouvoir étudier le contrat entre les deux provinces avant de se prononcer.

Accompagnée du député d'Algoma-Manitoulin, Michael Mantha, elle a rappelé que son parti a toujours appuyé l'idée « d'utiliser l'énergie verte et renouvelable du nord du Québec ». Selon elle, une telle entente peut avoir un impact sur la facture d'électricité des contribuables.

« Hydro-Québec vend son électricité à l'État de New York à 3 cents le kilowattheure », a souligné France Gélinas.

Sans donner plus de détails, une porte-parole du ministère de l'Énergie a affirmé que l'accord se traduira par de modestes économies pour les consommateurs. « Notre gouvernement s'est engagé à faire économiser les contribuables, que ce soit de 0,50 $ ou 50 $ », a-t-elle écrit par courriel.

Contre la privatisation

Environ 70 personnes ont manifesté devant le bureau de circonscription du ministre de l'Énergie, Glenn Thibeault, samedi. Elles demandent au gouvernement libéral de cesser la privatisation partielle d'Hydro One.

Plusieurs ont dénoncé les tarifs d'électricité, qui sont parmi les plus élevés au pays.

Chantal Breton espère d'ailleurs que l'entente signée vendredi lui permettra de réduire sa facture. « Si c'est une entente qu'ils ont faite ensemble, j'espère que c'est pour nous autres et pas juste pour eux », a-t-elle dit.

Selon Michel Bisaillon, membre de la section 616 du Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario, un tel accord donne raison à ceux qui militent contre la privatisation.

« Le fait qu'il faille qu'on aille dans une autre province pour notre énergie, ça en dit beaucoup sur le fait que la province a vraiment fait un dégât avec notre industrie d'énergie », a-t-il souligné.

Le gouvernement libéral a jusqu'à présent vendu 30 % d'Hydro One et ne compte pas s'arrêter là, mais les opposants n'ont pas dit leur dernier mot.

« À un moment donné, le gouvernement devra nous écouter, il n'aura pas le choix, que ce soit le 7 juin 2018, lors de nos prochaines élections, ou tout de suite », a déclaré la députée France Gélinas.

Le NPD a indiqué qu'une pétition sera déposée lundi pour demander à Queen's Park de freiner la privatisation.

Plus d'articles