Retour

Le papier est-il dépassé ? Deux expositions démentent cette théorie

Qu'adviendra-t-il des journaux papier, des livres et des revues ? À l'ère du numérique, le papier tangible cèdera-t-il sa place aux tablettes électroniques ? Deux artistes de la région ont décidé de démystifier ces questions en explorant l'univers des livres et de la beauté de la feuille blanche.

Un texte de Marie-Ève DuSablon

En travaillant le papier, Odette Théberge et Sally Sheeks rappellent dans le cadre de leur exposition respective l'importance de ce médium.

Mementos d’Odette Théberge

Dans le cadre de son exposition, Mme Théberge, originaire de Québec, explore l’univers du livre par ses cendres.Alors que les romans se consomment de plus en plus sur les tablettes tactiles, son exposition veut montrer le livre comme un objet matériel. Elle fait également allusion à l’autodafé, une méthode utilisée auparavant pour censurer ou bannir certains écrits du passé.« Tout s’est fait au hasard. Nous avons fait un feu chez moi, plusieurs de mes amies étaient au rendez-vous pour brûler des choses qu'elles voulaient mettre derrière elles », explique-t-elle.

Intriguée par cette création naturelle, Mme Théberge a décidé de préserver ce qu’il en restait. Un an plus tard, après les avoir lavés, elle a décidé de travailler avec les livres à l'aide de différents matériaux comme la peinture et la feuille d'or. Elle a également voulu aller plus loin en brûlant d'autres livres.

Puis, Odette Théberge a songé à sa démarche et aux raisons imprimées dans ces créations. « J’ai commencé à cacher des lettres de typographes dans les livres. C'est comme si les lettres voulaient sortir du livre. Ma préoccupation, c’est de préserver les lettres et les livres en mettant par exemple des couches de polymère. »

Des poèmes de grands écrivains, tels Raoul Duguay, Pierre Morency et Gaston Miron, et trois tableaux se retrouvent d’ailleurs dans sa collection.L’exposition itinérante est présentée jusqu'au 11 mars 2018, à l'Espace Pierre-Debain, secteur Aylmer.Air de Sally Sheek

Artiste originaire de l’Outaouais, Sally Sheeks et ses doigts de fée amènent le public à découvrir sous une forme abstraite et neutre le papier et l’ombrage.Il s’agit d’une installation en tons de blanc faite de papier, conçue pour l’espace Odyssée de la Maison de la culture de Gatineau. À l’aide de lumière, ce papier ajouré prendra une tout autre dimension avec les ombrages qui se créeront sur les murs.

Ses oeuvres représentent les différents paysages qui entourent la Maison de la culture, allant du bâtiment aux arbres, en passant par le ciel et même les poteaux électriques du secteur.

Cette exposition est présentée du 25 janvier au 20 mai 2018.

Plus d'articles