Retour

Le pire bilan en huit ans pour la lutte contre l'itinérance en Outaouais, selon le CRIO

Le Collectif régional de lutte à l'itinérance (CRIO) accorde la note E à la situation de l'itinérance en Outaouais, dans un bulletin rendu public jeudi.

Pour l'organisme, l'année 2015 a été marquée par un recul dans le domaine, notamment en raison d'une augmentation importante du nombre de jeunes hébergés d'urgence.

« Jamais en huit années du bulletin on a décerné cette note », déplore le coordonnateur du Collectif régional de lutte à l'itinérance, Alexandre Ranger.

« Ça prend une réponse collective pour mettre un terme à l'itinérance », soutient M. Ranger.

D'autres investissements au niveau de l'aide sociale et de l'assurance chômage sont demandés par le collectif.

Le CRIO dénonce aussi la hausse considérable du nombre de repas servis aux démunis l'an dernier, ce qui démontre un problème criant.

« On en sert plus à la fin du mois alors que la première semaine c'est plus tranquille », raconte le président du conseil d'administration de la Soupe populaire de Hull, Paul Surprenant.

Beaucoup de personnes âgées et de personnes seules bénéficient des services de cet organisme, « mais quand on fait notre bilan, on en a dans toutes les catégories d'âges ».

Malgré l'adoption d'une politique nationale de lutte contre l'itinérance à Québec en 2014, la pauvreté et l'itinérance sont encore bien présentes.

Cette situation est décriée année après année. En 2015, le CRIO estimait que l'Outaouais reculait déjà dans sa lutte contre l'itinérance, accordait la note D, en ce qui a trait à l'hébergement et l'aide alimentaire.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine