Retour

Le président de Hockey Outaouais quitte temporairement ses fonctions

Dans la foulée des allégations de gestes à nature sexuelle contre un entraineur de hockey mineur, le président de Hockey Outaouais, Mario Lemery, quitte ses fonctions en attendant d'être entendu par les membres du Conseil d'administration de Hockey Québec le 17 novembre prochain.

Cette décision est liée à la réaction de M. Lemery dans le dossier d’allégations d’inconduites sexuelles visant un entraîneur de l'Intrépide de Gatineau au niveau midget AAA.

Le 6 octobre, l'Intrépide a renvoyé l'entraineur et a avisé Hockey Outaouais de ces allégations quatre jours plus tard. L'organisme n'a toutefois pas informé les parents ni les associations de hockey mineur locales de la situation.

« La raison de la convocation est pour discuter de ce qui a été fait durant la période entre le temps où la région a été informée et le 3 novembre quand nous avons eu vent de la situation », a indiqué le directeur général de Hockey Québec, Paul Ménard.

« C'étaient toujours des allégations, il n'y avait pas d'accusations comme telles. Mais là [vendredi] matin, il y a des accusations qui sont sorties contre un autre individu [...] Là on va pouvoir arriver aux parents et leur dire d'être plus vigilants. Est-ce qu'on aurait dû le faire le 10 octobre quand on a été mis au courant? Probablement », a déclaré le vice-président de Hockey Outaouais, Albert Renaud, le 3 novembre dernier.

Dans une autre affaire, le Service de Police de Gatineau a aussi confirmé vendredi que des accusations ont été déposées contre un autre entraîneur gatinois. Cody Lagacé, qui était entraîneur-chef de l'Intrépide de Nicolas-Gatineau, Juvénile D1, au hockey scolaire, est accusé de leurre informatique, de contacts sexuels et d'avoir transmis du matériel sexuellement explicite.

Mario Lemery n'a toujours pas commenté le dossier, laissant plutôt au vice-président Albert Renaud le soin de représenter l'association dans cette affaire.

M. Lemery aurait, de par sa gestion de cette affaire, enfreint deux articles du Code de l'administrateur, qui stipulent qu'un administrateur doit « s'assurer que l'encadrement des joueurs est exercé par des intervenants compétents et respectueux des principes véhiculés par Hockey Québec » et qu'il doit aussi « exercer une surveillance étroite sur le comportement de tous les effectifs de son équipe et éliminer les bénévoles qui ne sont pas au service des joueurs et du hockey amateur ».

Formation sur l'exploitation sexuelle

Par ailleurs, le renvoi de l'entraîneur de l'Intrépide de Gatineau, au midget AAA, serait survenu un journée après que les joueurs aient assisté à une conférence sur l'exploitation sexuelle donnée par Pierre Renaud, un ancien policier de la Sûreté du Québec.

La conférence a été donnée à la demande de la Ligue de hockey Midget AAA du Québec.

Ce dernier a expliqué qu'une relation particulière se crée entre l'athlète et son entraîneur, une relation basée sur la confiance et l'autorité.

Il a aussi rappelé que même si l'âge du consentement sexuel est fixée à 16 ans au Canada, il ne doit pas y avoir une relation de confiance ou d'autorité. Si une telle dynamique existe entre les individus, il s'agit d'exploitation sexuelle.

« À la base je pense que les jeunes ont besoin d'être informés sur qu'est ce qui est légal et qu'est-ce qui est illégal [...] Je crois que d'avoir présenté toutes les possibilités a aidé les jeunes à s'en parler entre eux et possiblement à passer à l'acte au niveau de dénoncer possiblement », a relaté M. Renaud.

Pour le président du Conseil d'administration de l'Intrépide, il n'y a pas de causalité entre la formation et le renvoi de l'entraîneur.

« Selon moi, c'est une pure coïncidence. C'est vraiment une question de temps que l'info ait été portée à notre attention. Pour moi, le timing était bien, mais c'est une pure coïncidence avec les événements qui se sont produits dernièrement », a expliqué M. Plouffe.

La retrait temporaire de M. Lemery a été décidé conjointement avec Hockey Québec dans le but « d’assurer la transparence du processus et de contribuer au déroulement adéquat de l’analyse ». Il risque la suspension ou l'expulsion pour violation des règlements de Hockey Québec.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine