Retour

Le programme d’éducation sexuelle fait baisser les inscriptions à l’école à Toronto

La présidente du Conseil scolaire public anglais de Toronto (TDSB) s'attend à avoir 3500 élèves en moins l'automne prochain, dont 70 % à cause du nouveau programme provincial d'éducation sexuelle, selon elle.

Robin Pilkey souligne que le programme, entré en vigueur en 2015, a suscité une levée de boucliers dans certaines communautés, où il est jugé trop explicite.

Dans le quartier Thorncliffe Park, des dizaines de parents ont retiré leurs enfants de l'école pendant des semaines en septembre dernier, nombre d'entre eux choisissant de les inscrire dans des écoles confessionnelles ou de leur faire la classe à la maison.

Mme Pilkey espère que ces parents vont changer d'idée avant la rentrée en se familiarisant davantage avec le nouveau programme, qui a été mis à jour pour la première fois depuis 1998.

Certains parents jugent que le nouveau programme va trop loin ou que ce n'est pas le rôle de l'école de faire l'éducation sexuelle de leurs enfants.

Faute d'un rebondissement dans les inscriptions, le TDSB prévoit éliminer 100 postes en enseignement à la rentrée. Le Conseil mise sur l'attrition pour éviter les mises à pied.

Changements démographiques

Le porte-parole du TDSB, Ryan Bird, précise que d'autres facteurs expliquent la baisse des inscriptions.

Il cite, par exemple, les changements démographiques. « Dans certains quartiers, il y avait beaucoup de familles il y a 20 ou 30 ans, dit-il. Mais, maintenant, les résidents sont principalement des aînés, pas des enfants ».

Le ministère ne reculera pas

Le ministère de l'Éducation n'a pas l'intention de modifier le programme. Dans un courriel, la ministre Liz Sandals affirme que la santé et la sécurité des élèves sont prioritaires pour le gouvernement. « Nous voulons qu'ils aident les informations nécessaires pour prendre de bonnes décisions pour leur santé », dit-elle.

Elle rappelle que les conseils scolaires peuvent toutefois accommoder des demandes pour que des élèves soient exemptés des cours de sexualité, selon le cas, et encourage les parents concernés à partager leurs préoccupations à la direction de l'école.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine