Retour

Le projet d'une première clinique de fertilité à Gatineau est « sur la glace »

Le projet d'une première clinique de fertilité à Gatineau, où les soins auraient été remboursés par Québec, est « sur la glace ». Le projet n'est pas mort, a soutenu le promoteur, mais ses chances de réalisation ne sont pas très élevées.

Le gynécologue Dr Éric Himaya avait déposé à la fin de l'année 2014, une demande de permis pour ouvrir une clinique privée de fertilité en sol gatinois. Cette demande a toutefois été abandonnée depuis l'adoption de la loi 20, au mois de novembre dernier.

La loi 20 ne prévoit aucune aide gouvernementale pour les couples infertiles qui ont déjà eu un enfant. Les crédits d'impôt qu'elle propose en échange ne sont accessibles qu'à une fine tranche de la population.

Le Dr Himaya soutient que ces dispositions diminuent - et découragent - grandement le nombre de clients potentiels intéressés par les services d'une clinique de fertilité du côté québécois de la rivière des Outaouais.

C'est aussi la conclusion à laquelle en sont venus quatre de ses collègues montréalais qui ont abandonné l'idée de se lancer dans le projet.

Le Dr Himaya poursuit seul les démarches et explore d'autres avenues, mais pour le moment rien n'avance.

Dernier recours : la clinique d'Ottawa, selon Maryse Gaudreault

À l'époque, la députée de Hull Maryse Gaudreault avait démontré un grand enthousiasme quant à la possibilité d'offrir un tel service à Gatineau.

Aujourd'hui, elle affirme que la suspension du projet est une décision d'affaires de la part de ces médecins et n'est pas une décision motivée politiquement.

Mme Gaudreault reconnaît que la loi 20 « peut mettre au défi les finances de futurs parents ».

Elle espère toujours qu'une clinique de fertilité verra bientôt le jour en Outaouais. En attendant, elle suggère aux couples de se tourner du côté d'Ottawa.

Ce genre de déclarations choque l'Association des couples infertiles du Québec qui voit dans cette nouvelle un échec du gouvernement, c'est-à-dire celui d'envoyer encore une fois d'autres patients en Ontario.

« C'est un suivi pathétique de ce qu'a instauré le ministre de la Santé, le Dr Barrette », a laissé tomber en entrevue la présidente Céline Brown.

Avec les informations de Catherine Lanthier

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine