Retour

Le projet de loi sur les centres d'injection supervisée suscite de l'espoir pour le CIPTO

Un organisme de l'Outaouais se réjouit, mardi, au lendemain de l'annonce que le gouvernement Trudeau veut faciliter la mise sur pied de centres d'injection supervisée au pays.

Le Centre d'intervention et de prévention en toxicomanie de l'Outaouais (CIPTO) croit que la nouvelle stratégie donnera un bon coup de pouce au projet de centres qui fait l'objet d'une réflexion à Ottawa.

Le directeur général du CIPTO, Yves Séguin, croit aussi qu'il s'agit d'une occasion pour Gatineau de se lancer dans une réflexion sur la question.

« Ça va nous permettre de nous asseoir avec la direction de santé publique, avec la Ville, avec les services policiers, pour réfléchir à ce type de projets », dit-il.

Selon M. Séguin, les centres d'injection supervisée, loin d'augmenter le taux de criminalité, ont un effet contraire là où ils sont implantés.

« Les gens peuvent aller chercher de l'aide, peuvent consommer sans [commettre de] méfait, dans le sens où ils ne le font pas à la vue des autres. Ils ne se débarrassent pas de leur seringue souillée [n'importe où] parce qu'ils ont un endroit pour le faire », souligne-t-il.

Rappelons que le Service de police d'Ottawa reste quant à lui sceptique, craignant que l'ouverture d'un tel centre dans la capitale n'augmente le taux de criminalité.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Toute la vérité sur la Vierge





Concours!



Rabais de la semaine