Retour

Le projet de train à vapeur Masson-Angers/Montebello est viable, selon Marc Carrière

À la suite de la démission fracassante de Rémi Tremblay, le conseiller de Masson-Angers, Marc Carrière, a été nommé président du Comité de relance du train à vapeur. Il entend garder le cap, contre vents et marées.

M. Carrière, persiste et signe : le projet de train à vapeur entre Masson-Angers et Montebello est viable.

« Jamais on n'a parlé de modifier l'axe, le tronçon prévu. C'est le projet qu'on a déposé. C'est sur lui qu'on travaille. On continue dans ce sens », martèle-t-il.

Il prend ainsi le contre-pied de son prédécesseur, qui avait émis des réserves concernant le manque de fonds alloués au projet et, surtout, la durée du trajet qu'il jugeait beaucoup trop longue.

Le conseillere rappelle en outre que projet a été déposé, accepté et recommandé par le comité consultatif formé par la Compagnie de chemin de fer de l'Outaouais (CCFO).

Donner la chance au coureur

Tourisme Outaouais et la direction du Château Montebello ont récemment exprimé des reticences par rapport à la durée du trajet qui est jugée trop longue.

La présidente de la compagnie de chemin de fer de l'Outaouais, Louise Boudrias, soutient quant à elle que l'important dans ce projet, c'est qu'il soit viable et rentable à long terme.

« Nous attendons de voir le projet final, qui sera proposé le 31 août, afin de prendre une décision », affirme Louise Boudrias, qui souligne cependant l'importance de réaliser des analyses objectives.

Selon Mme Boudrias, les prises de positions publiques, notamment des responsables du Château Montebello, sont prises en considération.

Le comité a encore du travail à faire d'ici le 31 août. Selon la conseillère du district du Parc-de-la-Montagne-Saint-Raymond, les membres doivent encore démontrer qu'ils ont des investisseurs privés et que le trajet se fera en 90 minutes.

Plus d'articles

Commentaires