Retour

Le Québec n'est pas alléchant, selon des spécialistes de la santé francophones hors province

Plusieurs francophones du domaine de la santé admettent ne pas chercher d'emploi du côté du Québec, alors que des dizaines de professionnels se sont déplacés, dimanche, au Château Laurier, dans le cadre d'une foire de l'emploi.

Des exposants dans le domaine de la santé de partout au pays, des États-Unis, et d'ailleurs étaient sur place, mais le Québec représente pour très peu de ces professionnels un milieu de travail attirant.

Pour plusieurs travailleurs de la santé francophones, la province n'est tout simplement pas une option. C'est le cas de Caitlyn Riffoux, une infirmière à Ottawa. Le salaire arrive en tête de ses préoccupations.

De son côté, Camille Bean, étudiante en hygiène dentaire, est venue chercher un emploi lors de la foire. Plusieurs de ses collègues québécois préfèrent le milieu professionnel ontarien à celui du Québec, selon elle.

« Ils choisissent l'Ontario parce qu'ils savent que quand ils vont graduer ils vont avoir un emploi. Ils visent plus pour une haute paye alors c'est certain qu'en Ontario tu vas avoir une bonne paie », raconte l'étudiante.

La différence des salaires entre provinces a toujours incité les Québécois à travailler du côté de l'Ontario, aux dires d'une gestionnaire qui œuvre depuis plus de 30 ans dans le domaine de la santé, Hélène Thibault. C'est encore plus vrai aujourd'hui, à son avis.

Salaires, possibilités et stabilité d'emploi, les jeunes professionnels hors Québec ont certainement plusieurs préoccupations et réserves face au milieu de la santé du Québec.

Les récentes annonces de compression les incitent encore davantage à opter pour d'autres provinces et même pour nos voisins du sud.

Selon un reportage d'Andréanne Apablaza

Plus d'articles

Commentaires