Retour

Le Rockfest fait appel à la Loi sur la faillite et l'insolvabilité

L'avenir du Rockfest de Montebello semble de plus en plus incertain. Une semaine après avoir reçu une aide financière de 506 000 $ du gouvernement du Québec, les organisateurs de l'événement ont annoncé, jeudi, avoir déposé un avis d'intention de recourir aux dispositions de la Loi sur la faillite et l'insolvabilité.

Les responsables du Rockfest disent avoir pris cette décision afin de restructurer les activités du festival et d'assurer sa pérennité. La loi prévoit six mois pour la restructuration de l'événement.

Un spécialiste en gestion de crise embauché par les organisateurs a affirmé qu'il est trop tôt pour parler des causes qui ont amené le Rockfest au bord du gouffre.

Ça va faire partie des analyses qui amèneront les dirigeants à proposer la formule de l'avenir, a expliqué Gilles Corriveau, vice-président de l'agence de communication Enigma. Il a mentionné que plus d'information devrait être disponible dans les prochains mois.

Selon les chiffres avancés par M. Corriveau, la créance qui est déposée s'élève à 5 millions de dollars. Le trou de cette année est un trou accumulé, a-t-il précisé.

M. Corriveau a ajouté que la priorité est de payer tout le monde. Ensuite, le groupe vise à jeter les bases pour une structure qui permettra, dans un premier lieu, de ne pas vivre ce genre d'expérience là, et deuxièmement, d'assurer que ce festival-là [...] va continuer de se tenir.

Stéphane De Broux, un associé chez KPMG, qui agit comme syndic de faillite, a indiqué que le Rockfest a environ 100 créanciers. Une liste desdits créanciers devrait être établie d'ici le milieu de la semaine prochaine.

M. De Broux a souligné que les organisateurs du festival doivent trouver un investisseur afin de rembourser leurs dettes et d'assurer la stabilité financière de l'événement.

Depuis 2013, le gouvernement du Québec a versé au moins 1,2 million de dollars en subventions au Rockfest, dont 506 000 $ en 2017 et la même somme cette année.

Radio-Canada a demandé une entrevue avec le député provincial de Papineau, Alexandre Iracà. Son attachée de presse a affirmé qu'il est à l'extérieur de la région et qu'il est impossible de le joindre.

Commerçants et citoyens inquiets

Bon nombre d'entrepreneurs et de citoyens de Montebello ont indiqué, vendredi, qu'ils n'étaient pas surpris de la tournure des événements, ayant notamment observé une baisse de l'achalandage dans les dernières années. Ils ont cependant souligné l'importance de ce festival pour la région, espérant que celui-ci reste à Montebello.

C'est bon pour l'économie, c'est bon pour la région, c'est juste qu'il va falloir trouver des moyens que ce soit rentable, a dit l'entrepreneur Yan Montagne, qui estime que l'équipe en place pourrait être en mesure de redresser la situation.

Le Rockfest doit se renouveler

Le Rockfest 2018 a eu lieu du 14 au 16 juin à Montebello. En entrevue à Radio-Canada, la veille de l'événement, sonfondateur, Alex Martel, avait reconnu que le festival devait se renouveler.

Au fil des années, le Rockfest a connu différentes moutures et [...] la formule va continuer de changer et d'évoluer, avait affirmé M. Martel

Par voie de communiqué, jeudi soir, il a réitéré son souhait d'assurer la survie de l'événement à long terme.

Nous sommes déterminés à produire le festival encore longtemps et nous en prenons l'engagement envers tous les festivaliers, les artisans associés au Montebello Rockfest et les artistes, a-t-il déclaré.

La première mouture du Rockfest de Montebello a eu lieu en 2005. Selon les organisateurs, l'événement attire environ 200 000 amateurs de musique chaque année.

Pour l'heure, on ne sait pas si le festival sera de retour l'an prochain ni si, le cas échéant, il sera de retour à Montebello.

Plus d'articles