Retour

Le rôle de la Ville de Gatineau au coeur des discussions budgétaires

L'aide aux artistes et la sécurité routière aux abords de certaines écoles ont meublé les discussions lors de la deuxième journée d'étude du budget 2017 de Gatineau.

Certains conseillers se sont dits réticents à appuyer un montant de 710 000 $ sur 5 ans - 105 000 $ par année - pour aider financièrement les artistes en résidence. Ce programme permet à des artistes d'obtenir des crédits de taxe, pour l'utilisation d'un atelier dans un lieu autre que leur résidence, ou pour se lancer en affaire.

Il existe actuellement 119 zones sur le territoire de la Ville où les artistes peuvent établir leur atelier de production et de vente.

Mais la Ville propose de permettre aux artistes d'ouvrir un atelier dans leur résidence dans 13 zones, dont celle de la rue Morin, près de la rue Montcalm, dans le secteur de Hull, identifiée comme pôle culturel.

Des élus comme Maxime Tremblay, Marc Carrière et Jocelyn Blondin hésitent à appuyer une telle recommandation. Ils craignent que cette mesure soit étendue à tout le territoire. 

Jocelyn Blondin affirme que la Ville ne peut se permettre de financer en ce moment des programmes qui ne sont pas essentiels pour les citoyens.

D'autres se demandent s'il s'agit vraiment de la responsabilité des villes d'aider des artistes qui ont l'intention de se lancer en affaires.

Sécurité routière aux abords d'écoles

Par ailleurs, les conseillers ont semblé apprécier un plan d'action qui vise à accroître la sécurité aux abords de cinq écoles primaires de Gatineau: Jean-de-Brébeuf, Tournesol, Saint-Jean-de-Brébeuf, Escalade et Lord.

Le plan, qui sera testé dans un projet pilote, consiste en une série de mesures telles que l'installation de 175 panneaux indicateurs, le marquage de la chaussée, l'installation de balises flexibles, le réaménagement de certaines intersections (descentes et prolongement de trottoirs) et l'installation des radars photo.

Au total les mesures coûteraient 80 000 $ à la Ville.

Pour en évaluer le succès, la Ville tiendra compte de l'impact des mesures sur la vitesse des véhicules aux abords des écoles. Les piétons et les automobilistes seront également consultés.

Si le projet-pilote est concluant, la Ville devra réviser sa règlementation et les pratiques pour favoriser la sécurité des élèves. Il faudra, entre autres, aménager des trottoirs le long des rues situées à proximité des écoles.

Avec les informations de la journaliste Nathalie Tremblay

Plus d'articles