Retour

Le rôle du Fury d'Ottawa dans la conquête du Soccer Bowl par les Deltas

Alors que les joueurs du Fury d'Ottawa sont en congé depuis près d'un mois, plusieurs anciens de l'organisation se sont réveillés en champions lundi matin. Les Deltas de San Francisco, avec à sa tête Marc Dos Santos, ont remporté le Soccer Bowl de la North American Soccer League (NASL), dimanche soir, en battant le Cosmos de New York 2-0 au Stade Kezar, en Californie.

Un texte de Jonathan Jobin

C'était la troisième finale en trois ans pour l'entraîneur montréalais, qui avait échoué dans sa première tentative avec le Fury en 2015 et avec les Rangers de Swope Park, dans la United Soccer League (USL), l'an dernier.

« C'était une nuit incroyable, dans une ville unique. De le faire dans un stade plein à craquer, à la maison, avec ce que ça représentait pour les joueurs, c'était un sentiment fantastique », raconte l'ancien entraîneur du Fury, Marc Dos Santos.

Le pilote souligne que le championnat était le point culminant d'une année difficile durant laquelle sa formation a connu des hauts et des bas, notamment une défaite de 7-0 à Miami.

« Très peu de personnes croyaient en nous. C'était difficile, parce qu'il n'y a jamais une équipe professionnelle qui a voyagé autant que nous », ajoute Dos Santos qui parle du titre le plus difficile qu'il ait remporté.

Dans sa conquête du Soccer Bowl, le Delta a été aidé par l'ancien gardien du Fury, Romuald Peiser, et le milieu gauche Maxim Tissot, originaire de Gatineau.

« Je n'avais aucun doute sur Romuald, qui a été le même que celui que j'ai laissé à Ottawa en 2015. Un gagnant qui veut toujours le meilleur pour l'équipe », dit Dos Santos, qui a profité d'une entente avec le DC United (MLS) pour amener Tissot en Californie.

« Avec la défaite de Miami en demi-finale, tout était aligné pour qu'on gagne et ç'a été une soirée spéciale », mentionne de son côté Tissot, qui a remporté le trophée devant ses parents, après une autre année difficile.

« C'est comme une petite revanche, parce que je ne sais pas trop encore ce qui s'est passé à DC. C'est la récompense ultime de remporter un championnat après une saison en montagne russe », ajoute le joueur.

Tissot souligne que l'équipe, tissée serrée, alignait plusieurs joueurs boudés par des équipes de la Major League Soccer (MLS).

À ce palmarès s'ajoute un autre ancien du Fury, Tommy Heinemann, qui a compté le premier but pour San Francisco.

Voyez le but gagnant et les réactions des champions et de leurs partisans :

Avenir incertain pour plusieurs

L'avenir du soccer de division 2 en Amérique du Nord est toujours incertain. Plusieurs croient qu'un réalignement des ligues sera nécessaire dans un avenir rapproché.

Marc Dos Santos, dont le contrat est valide jusqu'en 2019, sait déjà qu'il ne sera pas de retour en Californie l'an prochain.

« Avec l'instabilité du club, il y a de grandes chances qu'on ne continue pas l'an prochain », dit l'entraîneur qui a encore l'oeil sur la MLS, même s'il n'en fera pas partie en 2018.

« Je veux grandir avec de bons joueurs et un groupe qui peut gagner des titres. J'ai gagné avec l'Impact et ici en USL, mais je ne peux pas gagner en MLS si je n'en fais pas partie », ajoute le Québécois, qui veut continuer de gagner afin de prouver qu'il mérite sa chance dans le circuit.

Les joueurs aussi se posent des questions sur la suite des choses.

« Les gens pensent qu'on est dans le secret des dieux, mais on n'a vraiment aucune idée de ce qui va se passer avec la Ligue », confie Maxim Tissot qui n'écarte pas un retour dans la région avec le Fury. « Je vais essayer de profiter de notre victoire au cours des prochains jours et mon agent va s'occuper de ce qui se passera l'année prochaine. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine